26 janvier 2018

Les 20 personnalités de l'année de Vitisphère

Quoi qu'il m'en coûte de l'écrire, car j'ai du respect pour ce titre et ses collaborateurs, dont j'ai fait partie, la sélection des personnalités de l’année 2017 publiée par Vitisphère ne me convainc guère.

Elle laisse trop de place à la mode. Aux symboles du moment, que ceux soient ceux du vin nature ou ceux du féminisme, par exemple. On les aura vite oubliés. On les aura vite oubliées (vous voyez, nul besoin d’écriture inclusive pour réconcilier les deux genres). Quel que soit le bien fondé de leur démarche.

Surtout, je cherche en vain une ligne rédactionnelle, car à primer tout et son contraire, les trublions et les institutionnels, les petites mains et les grands industriels, les quasi-anonymes et les célébrités, le quota et le Gotha, les alibis et les alias, on entretient la confusion. Que veut-on promouvoir? Doit-on promouvoir quelque chose, d'ailleurs?

Car plus fondamentalement, qui sommes-nous, nous autres journalistes, pour décerner des trophées? Au nom de quoi? Au nom de qui?

00:09 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

Commentaires

C'est Sandrine qui va être contente !

Écrit par : Michel Smith | 07 février 2018

Répondre à ce commentaire

Sandrine qui?

Écrit par : Hervé Lalau | 07 février 2018

Répondre à ce commentaire

... désolé, je n'arrive pas à orthographier son nom qui commence par un G

Écrit par : Michel Smith | 07 février 2018

Répondre à ce commentaire

Gross Domestic Penpusher?

Écrit par : Hervé Lalau | 07 février 2018

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.