09 décembre 2017

Où s’arrête le Languedoc ?

La question a l’air bête, mais il me revient que certains vignerons du Tarn aimeraient bien faire partie de la famille languedocienne.

Aujourd’hui, seuls 4 départements viticoles ont cet honneur: l’Hérault, l’Aude et le Gard, bien sûr, mais aussi les Pyrénées-Orientales, dont pourtant, la plus grande partie n’est pas languedocienne, mais roussillonnaise.

Et si l’on s’intéresse à une histoire un peu plus ancienne que celles de ces nouvelles féodalités républicaines que sont les «régions de programme», on s’aperçoit que le Languedoc historique était beaucoup plus vaste qu’aujourd’hui.

Outre sa définition actuelle, il englobait le Vivarais (l’Ardèche), le Velay (la moitié sud de la Haute-Loire), l’Albigeois (soit tout le Tarn actuel), sans oublier une bonne partie de la Haute-Garonne (y compris Toulouse), et petit bout du Tarn-et-Garonne et de l’Ariège.

 

LanguedocHisto.jpg

La province du Languedoc sous l'Ancien régime (les départements indiqués sont postérieurs)

Ce Languedoc de l’Ancien régime avait d’ailleurs Toulouse pour capitale officielle, au moins jusqu’au 18ème, moment où Montpellier, ville jugée moins frondeuse par le pouvoir royal, commença à lui contester cette suprématie.

La Province du Languedoc était divisée en deux généralités, celle de Toulouse et celle de Montpellier.

 

17:32 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc, Midi | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.