21 novembre 2016

Non au GCC-Bashing!

Vous n’êtes pas sans savoir qu’un soixantaine de personnalités (artistes, mais pas seulement) ont signé une déclaration appelant à arrêter le «Hollande Bashing».

Ou pour parler français, la persécution dont serait l’objet le président français - ès qualités, et en tant que personne privée.

Je n’ai guère d’avis autorisé sur cette question politique ; ni sur le fait de savoir si M. Hollande est injustement attaqué, ni sur le fait de savoir si des artistes ont un avis plus autorisé que le mien.

C’est donc dans le cadre du vin que j’apporterai ma petite pierre à cet édifice de votre réflexion.

J’appelle à arrêter le Grand Cru Classé Bashing, qui frappe injustement le sommet de l’establishment du vin.

L’analogie avec M. Hollande est édifiante:

-Sur-côte en 2012 et 2013
-Qualités fluctuantes et diversement appréciées
-Valeur de revente incertaine.

La grande différence, c’est que le marché de la politique reste national, alors que le marché des GCC se fait depuis longtemps à New York, à Hong Kong ou à Londres, bien plus qu’à Bordeaux ou Paris.

Bien sûr, en politique, les surprises ne sont pas exclues, comme l’ont montré le brexit, l’élection de M. Trump et la qualification de M. Fillon à la primaire de la droite, hier.

En matière de prix des GCC, par contre…

09:48 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.