22 novembre 2016

Le top 6 des régions de vin traitées par Decanter

C'est une mode, actuellement, de tenter de mesurer l'intérêt des consommateurs ou des électeurs pour tel ou tel produit ou politicien, en comptant le ombre de trecerches Google, ou de retweets, ou que sais-je.

Je trouve la méthode contestable - apr§ès tout, ce n'st pas parce qu'on s'intéresse à un politicien qu'on va voter pour lui; ce n'est pas parce qu'on cherche un nom de vin sur internet qu'on a envie de l'acheter.

Quoi qu'il en soit, voici la liste des "reviews" de Decanter par région de vin - un autre indicateur, donc, qui permet lui de mesurer l'intérêt des journalistes pour telle ou telle origine.

Decanter.jpeg

Première réaction: cela n'a pas grand chose à voir avec la consommation des vins en Grande Bretagne - ou même ailleurs dans les pays anglophones.

Les vins français - ou plutôt, les vins français bankables - à savoir, Bordeaux (avec ses différentes composantes) mènent la danse. Viennent ensuite les Bourgogne (Côte de Beaune et Côte de Nuits). L'Italie arrive loin derrière (et c'est sans doute grâce à ses propres bankables, les Brunello et les super toscans). 

L'Espagne, l'Australie, le Chili, l'Argentine et les Etats-Unis sont largement distancés.

Deuxième réaction: la vocation de défricheur du grand magazine de vin britannique est passée au second plan.

J'ai beaucoup de mal à concevoir que le lecteur de Decanter ait encore vraiment besoin d'information sur le Château Margaux, sur le Clos des Lambrays, ou sur Tignanello. J'aurais même tendance à dire qu'il lui serait plus utile que des journalistes avisés le tuyautent sur ce qui bouche à Montpeyroux ou dans le Salento.

 

 

00:11 Écrit par Hervé Lalau | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.