11 novembre 2016

Produttori Vini Manduria

Au fond de la botte italienne, se niche une vénérable coopérative pour qui respect des traditions ne rime pas avec toiles d’araignées, vins brettés et vieux bois usé: le Consorzio Produttori Vini Manduria. Sa grande spécialité: le Primitivo, bien sûr!

Au fil de ma carrière, j’ai visité bon nombre de coopératives.
Un de mes tout premiers voyages de presse, dans le Douro, à la fin des années 1980, m’a mis en présence avec un type très répandu à l’époque (et pas encore tout à fait disparu de nos jours): la coopérative citerne.
Ce type d’entreprise est une sorte de grand conquet par lequel transitent des raisins de tout pedigree, et où la mission – méritoire – des techniciens et oenologues appointés est de produire un vin buvable.

Son but premier étant de transformer une matière première pour rémunérer ses adhérents, ce genre de coopérative n’avait guère d’ambition qualitative. Pas plus d’ailleurs que leurs clients habituels, qui cherchaient d’abord du prix. Je peux témoigner qu’il arrivait que de ces citernes sortent de belles choses, mais c’était plutôt le fruit du hasard que d’une recherche.

IMG_7840.jpg

Au cours des 30 dernières années, heureusement, le marché a évolué, la baisse de la consommation et une certaine sophistication de la clientèle restante, notamment à l’exportation, a conduit la plupart des coopératives à changer de stratégie.
On a vu ainsi apparaître des coopératives orientées consommateur, des coopératives qui raisonnent en termes de possibilités de vente, quitte à déplaire à leur base. Celles-là ont fait passer aux assemblées générales des mesures aussi saugrenues que le paiement de primes à la qualité, de contrôles à la parcelle, etc…
Et ces coopératives se donnent la peine de vinifier séparément les raisins des vignobles qui méritent de l’être.
Un exemple, italien: les Produttori Vini Manduria. Quésaco? Réglez votre GPS sur la Province de Tarente, dans les Pouilles; sur Manduria, petite capitale du Primitivo, dont les vignes se situent entre deux mers: l’Adriatique, à l’Est, et le Golfe de Tarente, à l’Ouest. 

La suite ICI

01:05 Écrit par Hervé Lalau | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.