30 août 2016

Trop "segmentant", le vin?

Au détour d'un édito de Denis Saverot, de la RVF, consacré aux investissements des grands patrons dans le vin - et au peu d'intérêt qu'il semble avoir pour la nouvelle génération de patrons, je découvre la phrase suivante: "Les marketeurs jugent aujourd’hui que le vin segmente. Un Languedoc rouge peut-il être encore une priorité pour qui entend séduire la jeunesse, toute la jeunesse, celle des beaux quartiers comme celle des banlieues et autres “territoires”, comme on dit aujourd’hui?"

Je m'interroge sur le sens à donner à cette phrase - surtout compte tenu de l'actualité.

Faut-il comprendre que la montée en puissance du communautarisme musulman est une des explications de la désaffection des jeunes pour le vin?

Et plus largement, le fait de s'afficher comme amateur de vin peut-il ternir l'image d'un patron branché auprès des jeunes, musulmans ou non, un peu comme dénoncer la burka disqualifie un progressiste?

18:39 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.