13 août 2016

Château du Chaÿ Loupiac 1990

Où étiez-vous en novembre 1990? Que faisiez vous? À quelle carrière rêviez-vous? À quelle vie?

Ma femme et moi attendions Charlotte, notre fille aînée.

Voilà pourquoi j'ai encore en cave quelques vins de ce millésime. Principalement des VDN. Banyuls. Rivesaltes Ambré. Moscatel de Setúbal. L'Etoile. Je les sors au compte-gouttes pour des événements liés à ma fille.

Curieusement, je n'ai pas de Sauternes de cette année-là. Ni de Coteaux du Layon, ni de Jurançon - des vins que je préfère généralement à leurs homologues bordelais, pour leur charpente acide.

Alors, quand je me suis versé ce Château du Chaÿ 1990, un Loupiac, je ne savais trop à quoi m'attendre.

IMG_9644.jpg

De la sympathique confrontation avec un foie gras de Lomagne - et avec mes papilles, il s'est très bien sorti. Est-ce le temps qui a fait son œuvre? Je l'ai trouvé tout sauf anesthésiant. De la sucrosité, oui, mais aucune mollesse, non.

Côté arômes, le temps avait fait son oeuvre, on était sorti de la phase agrumes pour entrer de plein pied dans le miel, l'abricot, la rhubarbe, mais aussi les épices - curcuma, canelle, poivre. Tout cela tournait, retournait dans la bouche, ça n'en finissait pas. 25 ans après, quelle complexité!

Plus d'info: Tourré-Delmas, Loupiac

 

00:51 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France, Gastronomie | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.