14 janvier 2016

En roue libre (il y a-t-il un pilote à la rédaction?)

Il y a-t-il un relecteur à la Libre Belgique? 

On est en droit de se poser la question quand sous le titre de "Fusillade à Paris...", on trouve une dépêche AFP relatant une avalanche dans les Alpes!

LalIbre.jpg

Cliquer sur l'image pour l'agrandir 

Seule explication: les dépêches AFP se publient maintenant toutes seules.

Serait-ce juste une nouvelle histoire belge? Je crains que non. Plutôt l'illustration criante de la misère croissante des rédactions, qui touche aussi la France... L'information de qualité, ça se paie. Sinon, on part en roue... libre.

09:22 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Commentaires

Hervé, j’ai eu ce matin un contact très enrichissant avec ma comptable (si si) et cela me rend guilleret. Attends-toi au pire.
La Libre est un quotidien d’obédience catholique, normalement. Il est à la Pravda ce que l’UCL est à l’Université de Liège – si tu vois ma comparaison. Est-ce que l’Esprit Saint ne devrait pas y assurer la relecture ? L’information du Seigneur est impénétrable.
Au-delà de cette diablerie, même un journaliste comme toi constate ce que nous voyons tous : AFP = AP = Reuters et peu importe qu’il y ait des journalistes ou non, en nombre suffisant ou pas, compétents ou pas. Ce qui compte, c’est que l’intox organisée par le monde industriel (sous domination US mais mondialisé) paraisse. Ici, c’est sans doute une erreur de cut & paste, mais on n’aurait JAMAIS laissé passer cela dans une rédaction il y a 15 ans. Tu as raison.
« Video killed the radio star » mais le net a tué la presse écrite traditionnelle, c’est sûr, même celle diffusée sur internet. Je t’avoue que je préfère aller chercher mon info moi-même (pas toujours facile) et l’analyser à ma façon, plutôt que de me la voir imposer. J’en reviens à mon « algarade » comico-sérieuse sur Onfray. Si Bernard Pivot est un journaliste, alors je veux bien qu’il y en ait d’autres. Mais des Elkabbach ou des Faugiel, pffff, « smijt ze buiten ». Si on m’offre quelque chose de difficile à découvrir tout seul, OK. Pour les explications, je me débrouille.

Écrit par : Luc Charlier | 14 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.