12 janvier 2016

Chronique fumeuse

C'est le buzz du jour (Bowie, Delpech ou Galabru ne peuvent pas mourir tous les jours). Ca ressemble à une belle phrase de philosophe (Michel Onfray, en l'occurrence), mais ça n'est qu'une belle connerie.

«Vouloir ressembler à Serge Reggiani ou à Yves Montand, c’est tout de même moins déshonorant que de vouloir ressembler à Cyril Hanouna! Il est donc logique que la kalachnikov devienne le rêve ultime.»

Justement, la logique, j'ai du mal à la voir, M. Onfray. C'est clair comme un verre de Madiran. 

Et si c'était la mort de la dialectique?

06:54 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (9) | | | |

Commentaires

Je ne sais pas qui est ce M. Hanouna et ne connais pas son visage. Je ne peux donc juger du deuxième bras de la comparaison d’Onfray. Reggiani jouit chez moi d’une estime mesurée : chanteur sincère et délicat, même si je n’aimais pas le timbre de sa voix. Comme acteur, ce fut une époque. Je ne sais rien de sa vie privée. Il est moche. Montand, c’est l’inverse : voix de velours, bon acteur, belle gueule et on connaît tout de sa vie. Pour moi, il n’est PAS un personnage recommandable. Ce serait même plutôt un « voyou de charme », un Depardieu sans la vulgarité de ce dernier.
BHL avait une longueur d’avance sur Onfray dans la nullité, la prétention, la superficialité. Onfray est en train de le rattraper. Pourquoi la France s’est-elle fait une spécialité de ces connards sans intérêt que vous appelez des « philosophes » ? A quoi servent-ils ? De quoi vivent-ils ? Comment conquièrent-ils la notoriété dont ils jouissent dans l’hexagone ?

Écrit par : Luc Charlier | 12 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Fascinant de constater à quel point Michel Onfray peut associer dans son rejet des sommités venant de tous les côtés !

Mine de rien, ce genre de citation partielle (l'article est sur plusieurs pages), c'est un peu se donner de faciles voies pour une critique somme toute superficielle.

Pas grave : on en a vu d'autres :-)

Écrit par : MAUSS | 12 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

J'ai été "initié" à Onfray par un ami flamand (!), athée comme moi. Il m'a offert son "traité d'athéologie". Ce livre m'a fait rire, mais il est d'une malhonnêteté crasse. Onfray écrit et parle très bien, mais il pense mal et n'est jamais sincère, je crois. Il expose très clairement les points de vue qu'il défend et il manie le sophisme avec maestria. J'ai ensuite acquis "les sagesses antiques" que je lis par petits bouts (j'étais helléniste eu lycée). J'ai aussi acheté "le christianisme hédoniste" que je n'ai pas entamé. Enfin, sa "démolition" de Freud reprend en moins bien des critiques déjà émises par d'autres. On m'a offert "la raison gourmande" mais je ne sais pas où j'ai mis l'ouvrage.
Je suis heureux d'apprendre que des sommités, et de tous bords, partagent mon humble opinion. Néanmoins, je ne pense pas qu'il nous faille des "maîtres à penser". Je traite avec l'intelligence en direct, dans la limite de mes propres capacités.

Écrit par : Luc Charlier | 12 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

C'est bien ce que je dis : les sommités n'ont pas besoin de Maîtres :-)

Écrit par : MAUSS | 12 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

"Traiter en direct avec l'intelligence". Superbe. Je retiens. Je congèle et je la ressortirai un jour.

Écrit par : Hervé Lalau | 12 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Bien triste de savoir que je n'appartiens pas à cette catégorie hyper-slect, ceux qui traitent directement avec leurs dieux et l'INTELLIGENCE.

Mais bon : tout le monde le sait : il uy a peu d'élus ! :-)))

Hervé congèle… je garde sur le feu : au cas où … =:-)

Écrit par : MAUSS | 12 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Il y avait un grincheux - c'est un copain - maintenant on a un MAUSS ADE. Il me semble qu'on peut avoir un avis sur tous les sujets qui nous intéressent, et le donner. En plus, je l'étaye à chaque fois. Cela ne veut pas dire que je sois forcément dans le vrai. Quand j'aime Verdi (je ne suis pas un grand connaisseur), cela plaît au jury. Quand j'atomise Onfray (je pense autant que lui, avec des milliards d'êtres humains), le jury trouve que je "ga mijn petje te boven" (= dépasse ma compétence). Que les happy few soient gênés parce qu'un fils de bourgeois un peu instruit n'est pas devenu un défenseur absolu des possédants, je peux le comprendre. Mais cela ne doit pas leur obscurcir la vue à ce point. Décidément, l'Egypte n'est plus sûre. Et la Turquie non plus. Je comptais passer mes vacances entre Diekirch et Gravenmacher. Mais là aussi, je me sentirai de trop.

Écrit par : Luc Charlier | 12 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Exemple parfait où mon manque évident d'intelligence conforte cette dualité du monde :
- ceux qui ""Traiter en direct avec l'intelligence" et donc qui "pense autant qu'Onfray" : chapeau les mecs ! Je suis impressionné !

- ceux qui ne peuvent et ne savent pas. Ma classe. Et Onfray comme Verdi resteront chez moi des pointures quand bien même, bien sûr, rien n'oblige à totalement partager leurs idées. Ce devrait être évident pour tout le monde.

:-)

Écrit par : MAUSS | 12 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Je m'incline d'avance : que le dernier mot soit pour le sieur Charlier.

Et j'irai à confesse pour y dire mon incompétence crasse.

Amen.

Écrit par : MAUSS | 12 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.