01 janvier 2016

Bernard Burtschy s'engage!

Dans sa sélection de vin de fêtes, le Monsieur Vins du Figaro n'a pas eu peur de déplaire aux institutions; mais comme disait Beaumarchais, "Sans la liberté de blâmer...".

Voila ce qu'il écrit à propos du Château Croque Michotte:

Château Croque-Michotte, Saint-Emilion Grand cru 2007

Ce château est un des rares recalés du classement de Saint-Emilion 2012. Pourtant, dans ce millésime qui n’est pas le plus grand du monde, il a su produire un vin élégant et raffiné, probablement trop élégant pour la commission de classement. De quoi lancer la discussion pour la soirée entière. Et en plus, il est certifié bio, ce qui n’a pas dû plaire non plus.

Prix : 25 €, départ château

Un seul mot, Bernard: "Bravo". Moi qui en son temps, ai défendu un autre pariah de Saint Emilion, à savoir Guadet (et continuerai à le faire tant que les vins sont bons), je ne peux qu'approuver.

09:40 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

Commentaires

Bien écrit, Grumeur.
En même temps, ayant rencontré monsieur Burtschy à quelques occasions, j'ai toujours senti en lui une âme de REVOLUTIONNAIRE!

PS: c'est de l'humour. En voilà un, dans le microcosme, avec qui je ne suis pas (encore?) brouillé. Il sait déguster et est toujours aimable. Voilà deux particularités qui ne doivent pas plaire au Prince Hubert.

Écrit par : Luc Charlier | 01 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Encore une pièce supplémentaire qui sera sans doute versée lors du prochain procès engagé par ce Château contre les iniquités du dernier classement des grands crus de saint-émilion.

Il eût été tellement facile d'éviter tous ces tracas juridiques en donnant l'agrément à ces 3 propriétés dont les vins sont tout autant méritants que d'autres pourtant retenus. Il y a eu là un couac majeur.

Et oui, Bernard Burtschy qui a été le statisticien ayant développé l'outil statistique d'analyse des résultats des dégustations du GJE, reste un ardent défenseur de l'aveugle.

Mais là encore, comme je l'écris régulièrement au sujet de Bettane (qui fut son "professeur") quel dommage qu'il n'y ait pas systématiquement une traduction en anglais de ses écrits !

Écrit par : François Mauss | 01 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Je souscris itou.
Au point d'avoir fait de ce Croque-Michotte 2007 l'un des vins d'un réveillon familial. Pas par volonté de sonner la révolution, mais simplement parce qu'il est parfaitement dessiné et réellement élégant.

Écrit par : Dominique Hutin | 01 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

On devrait peut-être faire notre propre classement!

Écrit par : Hervé Lalau | 01 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

1) C'est sans doute une redite, Hervé, mais dans notre famille (bourgeoisie belge, qui se fournissait chez un "négociant" faisant ses mises lui-même, dans des bt d'une contenance de 68cl à l'époque), Croque Michotte était un cru presque tjs présent au cellier, à la satisfaction générale. Ceci ne préjuge nullement de ses qualités actuelles, mais je pensais que la pérennité et la tradition de qualité maintenue étaient aussi des critères retenus.
2) Il y a 15-20 ans, Hervé, un groupe d'amateurs avaient lancé la "Revue des Prix du vin". Ils avaient établi un classement à eux à l'aveugle. Dans les 2 mois, le négoce bordelais et les propriétés avaient battu le rappel de leurs affidés et une campagne de "bashing" avait débuté. On avait surnommé les nouveaux-venus: "La Revue des Pitres du vin". Il ne faut pas toucher aux vaches sacrées!

Écrit par : Luc Charlier | 01 janvier 2016

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.