29 décembre 2015

Libéralisation à la française

Avec l'entrée en vigueur de la "nouvelle" réglementation européenne (approuvée par la France en 2008), qui autorise les plantations de vignes a priori, c'est à présent aux autorités de motiver un refus d'extension.

Or, selon  FranceAgriMer, "chaque année, la France rendra disponible des autorisations de plantations nouvelles correspondant au maximum à 1% de la superficie nationale totale plantée en vigne" (soit 8.057 hectares supplémentaires). 

Mais ce petit pour-cent est encore beaucoup trop pour certains qui y voient une concurrence intolérable.

En France, pour vivre heureux, vivons cadenassés.

Cela ressemble beaucoup plus à de l'encadrement autoritaire qu'à une libéralisation, bien que certains confrères s'offusquent: "En 2016, on pourra faire du vin n'importe où en France".

Tandis que d'autres évoquent la naissance d'une nouvelle catégorie de vins, les Vins sans Indication Géographique (alors que ceux-ci existent déjà depuis 6 ans, sous le nom de Vin de France!).

Sans parler de ceux qui mélangent tout, voyant poindre "la menace d'une production de Champagne à Bordeaux!"

Ou redoutent la disparition des AOC, comme ce vigneron champenois interviewé sur Europe 1. A quoi sert donc que le CIVC se décarcasse pour préserver le nom de la Champagne? 

La preuve, en tout cas, que les Français (et leur presse grand public) sont vraiment très mal informés sur le vin.

"Pays du vin", qu'ils disaient... 

17:51 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

"une nouvelle catégorie de vins, les Vins sans Indication Géographique (alors que ceux-ci existent déjà depuis 6 ans, sous le nom de Vin de France!)" et depuis toujours (ou presque) comme Vin de Table.

Oui, risibles les commentaires sur "la reforme" et "la Libéralisation".

Écrit par : Per Karlsson | 30 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Et oui, voilà notre "grand pays du vin" enfermé dans ses contradictions et son immobilisme.
La réalité de la perte de vitesse de la présence française dans le marché mondial, elle, est sans appel !!

Écrit par : Frédéric Brochet | 30 décembre 2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.