08 novembre 2015

My name is Boüard, James Boüard

James Bond est comme Churchill, il n'est pas difficile, il se contente du meilleur... ou en tout cas, du plus prestigieux.

On le savait amateur de Vodka Martini ("shaken, not stirred"), de Cognac Courvoisier et de Champagne Bollinger - mais il ne dédaigne pas les Grand Crus de Bordeaux. Normal, puisque son créateur, l'espion Ian Fleming, avait opéré à Bordeaux en 1940.

Dans les romans, il s'intéresse plutôt au Mouton-Rothschild (dans Goldfinger, notamment, ce qui se retrouve à l'écran dans le film éponyme).

Plus plus récemment - serait-ce l'âge? - James semble avoir délaissé le Médoc pour Saint-Emilion - et plus particulièrement pour Angélus, dont le 2005 apparaît dans une scène du dernier opus en date de la série, Spectre.

James, je peux te donner des adresses dans les Côtes du Rhône et dans le Midi, si tu veux. Histoire de faire quelques économies pour le MI6, et d'épicer un peu ton palais.

15:02 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

Commentaires

Ah ben pas terrible le product placement. Je suis totalement passé à côté. C'était dans quelle scène?

Écrit par : David | 08 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Dans la scène du train.

Écrit par : Hervé Lalau | 16 novembre 2015

Vous ne le croirez pas, mais Léon est un fan absolu de la série. En Belgique, Spectre sortait le 4 sur les écrans, mais en France, ce ne sera que le 11. J'ai lu tous les opera (pluriel d'opus) de Fleming et Gardner, mais pas les suivants. Je pense qu'une bt d'Angelus apparaissait déjà dans un ancien film (je ne sais plus lequel). Mais je tiens aussi un scoop pour vous: http://leblogdeluc.jimdo.com/2015/11/06/license-to-dive/

Écrit par : Luc Charlier | 09 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.