07 novembre 2015

Do not taste the bush!

Le jury d'éthique publicitaire, ou ce qui en tient lieu outre-Manche a interdit la publicité de la marque de vin australienne Premier Estates, au titre évocateur de "Taste the Bush".

Au premier degré, cela veut dire "goûtez le bush" (le maquis australien), une invitation bien, banale.

11053590_464369947065083_4994177333926797338_o-750x278.jpg

Mais vu la mise en scène (le verre de vin au niveau du pelvis de la jeune dame), on pourrait aussi le traduire par "goutez la chatte". 

Et c'est ce qui a été jugé dégradant pour la femme. D'aucuns, parmi les plus puritains (ou les plus hypocrites), parlent de "tasteless advertising". Or le bush est tout sauf insipide, comme vous le confirmera tout Australien qui se respecte.

Et puis, à ce compte là, il faudrait aussi interdire la quasi-intégralité des sketches des Monty Python, et plus généralement, tout ce que les Anglais appelle le double-entendre, faute, sans doute, d'avoir un mot pour le désigner dans leur langue trop propre.

Ni Kate, ni George W. , ni Anheuser ne se sont prononcés à ce sujet délicat.

Notez qu'en France, on n'en serait jamais arrivé là. La femme sur l'image boit du vin, et c'est probablement déjà plus que nos censeurs peuvent en supporter... 

Taste-the-bush.jpg

00:17 Écrit par Hervé Lalau dans France, Grande-Bretagne | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

Commentaires

Pourtant, le linguiste averti que tu es le sait mieux que quiconque: "Good wine needs no bush" ... Et cela marchait presque en flamand: "Goede wijn behoeft geen ... kruis", euh non, "krans". Nos camarades du département 34 ont fait très fort en s'aliénant cette expression dans la langue allemande:"Guter Wein braucht keinen Hérault", dommage.

Écrit par : Luc Charlier | 07 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Plus "to the point", ami Hervé, car tu sais que le sujet me tient à coeur, je ne traduis pas exactement "bush" par "chatte". Ce serait plutôt "fanny" en restant léger. Bush s'adresse aux poils, au "gazon" qui ne me paraît pas si maudit que cela. Enfin chacun fait ce qu'il veut, "comme on fait son lit, on se couche", pour rester dans le sujet.

Écrit par : Luc Charlier | 07 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Merci Hervé pour ce posting. Sur mon fb j'avais mis le 4 novembre: "remembers laughing loudly when reading the female protest slogan against belligerent Bush, years ago: "the only bush I trust is my own". Today, the word has something unbearably indecent about it. Feminist and always in for a pun, I am truely grateful that these virginity hunters save us from further moral decline."
D'ailleurs, l'image est vieux. Il y a 20 ans, quand j'achetais la photo de Chema Madoz sur laquelle cette pub est basée, personne ne se tournait la tête. (Tapez "Chema Madoz (8)" dans Google).
Qqs jours après cette "nouvelle", une autre ne faisait aucun scandale: http://www.thedrinksbusiness.com/2015/11/treasury-targets-young-men-with-criminal-wine-brand/
Twee maten, twee gewichten, il me semble.

Écrit par : Vicky Corbeels | 10 novembre 2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.