21 mai 2015

Le patrimoine de Champagne plus universel que celui de Bourgogne?

Ce n'est pas parce qu'on ne décide de rien qu'on doit fermer sa gueule.

Ce n'est pas parce qu'on n'en a pas grand chose à battre qu'on ne peux pas ramener sa fraise.

Ce n'est pas parce que ça n'a aucune importance qu'il ne faut pas en débattre.

Bon, j'en viens au sujet: la demande de classement des villages, caves et coteaux de Champagne au Patrimoine Mondial de L'Humanité vient de passer une première étape dans le processus de sélection internationale, tandis que celle des Climats de Bourgogne était mise en liste d'attente - les Bourguignons ont 6 mois pour retravailler leur argumentaire.

Raison invoquée: les Climats de Bourgogne n'ont pas réussi à prouver la "valeur universelle exceptionnelle" souhaitée. Admettons. 

Qu'est-ce qui est universel et qu'est-ce qui ne l'est pas, au fait? Quelle valeur des collines ou des caves de France peuvent-elles avoir pour un campesino du Paraguay ou un cultivateur cambodgien?

Sans parler des pays prohibitionnistes: comment peuvent bien voter les représentants du Koweit, du Qatar ou de l'Arabie Saoudite quand il s'agit de faire classer un terroir à vin?

Surtout, en quoi ce classement protège-t-il les paysages concernés? Il n'a pas empêché de construire les nouveaux chais de Châtaeu Faugères ou de Cheval Blanc à Saint Emilion, en tout cas. 

On n'a pas non plus l'impression qu'il contribue à l'amélioration de la qualité intrinsèque des vins - je pense à Lavaux, par exemple.

Alors, tout ça n'est-il qu'une affaire de promo touristique?

Et si on demandait aux habitants, plutôt, ce qu'il faut classer? Aux consommateurs? Aux contribuables? 

Et si les élus de Bourgogne ou de Champagne se battaient plutôt sur le terrain de la loi Evin?

 

18:14 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.