05 mars 2015

Ortas, Les Hauts du Village 2010

A Rasteau, il y a des vignes, qui, non contentes de donner leurs raisins pour le VDN (AOC depuis 1944), permettent aussi de produire du Rasteau rouge "sec" (AOP depuis 2010).

Et comme dans toutes vignes de coteau, il y a le bas et il y a le haut. J'enlève le bas, reste les hauts, et c'est justement ceux là qu'Ortas utilise pour cette nouvelle cuvée. Des vieux plants de Mourvèdre, de Grenache et de Syrah installés sur des terrasses et collines plutôt caillouteuses, à forte proportion de marne. 

Est-ce la bonne exposition de ces vignes? Est-ce leur âge? Est-ce le soin que la coopérative leur a réservé? Un peu des trois?

Ortas.jpg

Toujours est-il qu'en 2010, cette cuvée présente un remarquable compromis entre puissance et gourmandise.
La belle charpente tannique (vive le Mourvèdre) et l'alcool (vive le Grenache) se font oublier derrière les fruits bien mûrs (la prune plus que le pruneau, la cerise), et la bouche, assez serré au départ, s'élargit sur du fruit frais - un peu de mûre espiègle - et pas mal d'épices (poivre, thym, sauge, menthe sauvage, vive la Syrah!). Pas de doute, on est bien en Méditerranée. On est bien tout court, on se laisse dériver au fil du Rhône, bercés par les cigales.

00:01 Écrit par Hervé Lalau dans France, Rhône | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

Rasteau et Cairanne, deux indissociables gloires de la vallée du Rhône. Je ne lis pas bien l'étiquette: CDR Villages AOP ? Pas "Rasteau AOP".

Écrit par : Luc Charlier | 05 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Rien ne t'échappe. Depuis 2010, on peut revendiquer l'Aop Rasteau mais ceci est une étiquette antérieure - la bouteille de 2010 que j'ai dégustée s'est vidée quasiment toute seule, je ne pouvais décemment en publier la photo.

Écrit par : Hervé Lalau | 05 mars 2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.