24 février 2015

Plus de droits de bouchon pour les vignerons Sud de France aux Grands Buffets de Narbonne

Les Grands Buffets de Narbonne viennent de signer une convention avec Sud de France, selon laquelle tous les vignerons de la région, qu’ils soient référencés ou pas, pourront proposer leurs vins à leurs clients sans droits de bouchon pour leurs repas d'affaires.

16:11 Écrit par Hervé Lalau dans France, Gastronomie, Languedoc | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

Commentaires

Cette information est intéressante à plus d’un titre.

1) les restaurateurs sérieux ne prélèvent PAS de droit de bouchon lorsqu’un vigneron emmène des clients au restaurant dans le cadre d’un repas professionnel. A l’inverse, il me paraît de bon ton de quand même choisir une bouteille à la carte (et de la payer). C’est une affaire de savoir-vivre. Si cette initiative a vu le jour, c’est qu’elle répondait à un besoin. Dont acte.
2) en quoi « Sud de France » nous représente-t-il ? Ils ne sont pas nos élus. Pour être clair, cette identité est née en 2006 pour asseoir le clientélisme de feu M. Frêche. Cela étant, cette « convention » est une initiative qui n’est pas criticable en soi.
NB : Je ne suis pas juriste, mais une convention se passe entre deux ou plusieurs parties, je suppose. Sud de France est-il un producteur ?
3) qu’est-ce qu’un producteur « de la région » ? La zone « Sud de France » à vocation à couvrir ... le LR tout entier, usurpant ainsi également son nom (la Provence et les Pyrénées non-roussillonnaises pourraient aussi revendiquer ce titre).
4) cela nous renseigne sur la structure des prix de cet établissement : il ne fait pas sa marge sur le vin ou en tout cas pas principalement. Cela va d’ailleurs dans la même sens que sa politique « vin » générale. Les gestionnaires de l’Horeca/CHR ont intérêt à se pencher sur son modèle de très près. Il n’est un secret pour personne que le C.A. eau et vins, et la marge faite dessus, est indispensable à la présentabilité du compte de résultats pour la majorité des établissements. Comment font-ils à Narbonne, avec en plus pas loin de 100 salariés, paraît-il ?

Écrit par : Luc Charlier | 25 février 2015

Répondre à ce commentaire

les G.B de N au 30/09 2013
effectif moyen : 85
CA ht 7 865 200
Résultat net 147 500 soit 1,88%...
tresorerie disponible 1 494 800 ! !
santé

Écrit par : ange-gil Quato | 25 février 2015

Répondre à ce commentaire

Merci. Ces infos précises confirment les données générales dont je disposais et corroborent mon interpellation. Malgré un effectif de salariés important et des marges faibles sur le poste boisson, cet établissement dégage un bénéfice d'exploitation qu'on peut qualifier d'important, à un moment où toute la restauration "rame", et pas uniquement en France. Je ne suis pas un financier de formation, mais on peut quand même subodorer qu'une des clés de ce succès tient à un taux de remplissage élevé (en dehors de méthodes de gestion rigoureuses). Ma compagne et moi passons une partie importante (bcp trop imortante pour mon cas personnel) à sillonner la France du Sud et la Belgique gastronomiques. Nous sommes confrontés en permanence au même constat, et les restaurateurs s'en plaignent eux-même: une fréquentation peu élevée (et certainement en baisse) et avant tout variable et non prévisible. Par ex: bourré le mardi soir, à devoir refuser du monde, et puis vide le jeudi soir, sans raison apparente. Ma clientèle principale étant constituée des restaurateurs (un choix personnel, sans doute contestable financièrement parlant mais ce n'est pas la seule considération qui m'anime), il va de soi que j'essaie de comprendre cette situation. La qualité des assiettes présentée n'est pas en cause. La gentillesse de l'accueil non plus.
Mon métier n'est pas de répondre à ces questions: je n'en ai pas la compétence. Mais j'en subis les conséquences en aval. Pour faire simple: comment remplir son restau?
Sans aller jusqu'à "l'espionnage gasrronomique", il me semble judicieux, et pas du tout contraire à la morale, d'essayer de voir comment "ceux qui marchent" y arrivent.
Comme le dit avec humour l'intervenant (terme à la mode) précédent: santé ... évidente.

Écrit par : Luc Charlier | 26 février 2015

Les commentaires sont fermés.