13 février 2015

Quelques chiffres sur la Grèce... et les autres pays endettés

On parle beaucoup de la Grèce, ces derniers temps.

J'y serai à partir de mercredi prochain, d'abord en Crète, à la découverte des crus et cépages locaux, puis à Salonique, pour le Thessaloniki International Wine & Spirit Competition.

Avant de partir, j'ai voulu en savoir plus sur l'importance de la dette grecque.

Les chiffres d'Eurostat pour 2013 m'ont surpris; certes, le pays affiche le pourcentage de dette rapporté à son PIB le plus élevé du groupe: 175%. Ce qui signifie qu'il faudrait aux Grecs travailler plus d'un an et demi gratis pro deo pour l'apurer. A titre de comparaison, l'Italie est à 132%,le Portugal à 129, l'Irlande à 123, la France à 93.

Mais si l'on s'intéresse à la dette par habitant, alors, le cancre n'est plus la Grèce, mais la Belgique: le poids de la dette rapporté à chaque Belge est de 31.000 euros. L'Italien est deuxième avec 24.700 euros, le Grec troisième avec 23.900 euros. Viennent ensuite l'Autrichien, avec 19000 euros et le Français, avec 18.000.

Pour l'anecdote, les trois moins endettés sont le Slovaque (5500 euros), le Luxembourgeois (3700 euros) et l'Estonien (900 euros).

08:10 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, Grèce | Tags : grèce | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.