09 février 2015

"Alive" on Twitter

Je ne comprends pas grand chose aux réseaux sociaux.

J'ai essayé Facebook, et après avoir reçu plusieurs insultes tout à fait gratuites de la part d'anonymes que je ne connaissais pas, j'ai décidé de supprimer mon compte. J'aime savoir à qui j'ai affaire.

Plus récemment, j'ai réanimé le compte twitter de Chroniques Vineuses, sur les conseils de ma fille Charlotte, qui, elle, nage comme un oiseau (twit, twit) dans l'eau virtuelle de la "communication point 2".

Elle me dit que ça va accroître la notoriété du blog. Bof. Je poste le même genre de billets, je crois, depuis 6 ans, mais j'ai tout connu: la gloire (le Wine Blog Trophy!), et la retombée dans l'ombre. Peu importe, ce n'est pas pour ça que je blogue.

Grâce à Twitter, quand même, j'ai découvert que j'avais des abonnés, des followers.  657, ce matin, si j'ai bien vu. 

J'ai immédiatement voulu savoir qui étaient ces fidèles d'entre les fidèles.

twitter

Mais quelle n'a pas été ma surprise de voir dans la liste... Anne Graindorge. Une ancienne camarade de blogging, très appréciée des aficionados, notamment de Loire. Mais qui est malheureusement décédée en mars 2014.

Je le sais par Jacques Berthomeau, qui a consacré un billet à sa disparition, à l'époque.

Mais sur le compte twitter d'Anne, aucune mention. Il y a même encore du "mouvement" (excusez l'expression, qui n'est pas du meilleur goût). Hier, par exemple, j'ai noté plusieurs tweets annonçant l'arrivée de nouveaux abonnés...

Je trouve cela un peu fort. 

J'aimerais bien savoir comment l'on peut signaler un décès à Twitter. Pas le sien, bien sûr - ce serait le comble que le réseau propose un bouton spécial pour ça, genre "la mort en live": "vous ne vous sentez vraiment pas bien? Tweetez une toute dernière fois et prévenez vos proches". Mais je m'égare.

Moi, ça me gêne vraiment de penser que les billets dont je tweette le lien viennent engorger le compte d'une morte. 

Et vous?

 

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans France | Tags : twitter | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

Commentaires

J'ai au moins trois camarades décédés ces derniers mois dont je consulte le site sur FB. Plus, si je compte les comptes de deux copines très chères avec lesquelles j'ai encore l'impression de communiquer en leur laissant de rares messages ou morceaux de musique. Ma façon à moi de leur dire que je ne les oublie pas. S les proches d'Anne ou les ayant-droits veulent conserver ces sites actifs, après tout je ne vois pas où est le mal. Et je crois que tant qu'il n'y a pas de plaintes fondées envers un compte, ou une demande des héritiers, FB n'a pas le droit de supprimer ce compte.

Écrit par : Michel Smith | 10 février 2015

Répondre à ce commentaire

Ce n'est pas une question de mal ou de bien. Ni FB ni Twitter ne se situent dans cette démarche de bien ou de mal, leur seul fondement est de mettre des gens en relation, je pense qu'ils laissent la responsabilité du contenu aux membres.
Mais je ne trouve pas normal qu'on puisse laisser croire à des gens qui n'ont pas l'info de la mort de quelqu'un qu'ils sont toujours vivants. Alors je trouve qu'il devrait y avoir un moyen plus facile de signaler la mort du propriétaire du compte, quitte à le laisser "actif" pour qu'on puisse consulter les tweets passés.

Écrit par : Hervé Lalau | 10 février 2015

Répondre à ce commentaire

Je propose d'ajouter un petit smiley: le "deadly smile" ! Comme je ne respecte rien, je suggère qu'on demande à Daech de créer ce symbole.

Écrit par : Luc Charlier | 10 février 2015

Les commentaires sont fermés.