06 janvier 2015

Permis à points: la grande manipulation

Pour votre info, amis français, la Belgique ne possède pas encore ce grand acquis de la civilisation française qu'on appelle le permis à points. Pas plus que la Loi Evin, d'ailleurs.

C'est peut être ce qui explique que les habitants du Plat Pays gardent le moral, allez savoir, malgré leur ciel plombé...

Mais pour en revenir au permis à points, imaginez-vous que le gouvernement belge réfléchit à l'instaurer quand même. La seule chose qui le retient vraiment, c'est l'impopularité de la mesure. Selon un sondage de l'association Touring, réalisé auprès de 2.000 conducteurs, 68% des Belges sont contre. Selon un autre sondage, réalisé auprès des lecteurs du Soir, 73% sont contre (953 réponses).

Qu'à cela ne tienne, l'Institut Belge de la Sécurité Routière, lui, déclare que «L’idée du permis à points progresse petit à petit».

Serait-ce la dernière histoire belge? L'IBSR aurait-il inventé le sondage a priori, celui qui vous donne à coup sûr la réponse souhaitée par la direction? Savent-ils faire dire aux chiffres le contraire de ce qu'ils disent.

On jugerait que ces gens-là ont eu des contacts avec l'INPAA. Ou avec le ministère français de la Santé.

Mme Hill, M. Cahuzac, sortez de ce corps!

 

PS. Et si on soumettait les politiques et leurs prétendus experts à un permis à points... sur le mensonge ?

00:25 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, France | Tags : permis à points, mensonge, politique, anpaa, vin | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.