31 décembre 2014

Des recommandations de vins, d'accord, mais de qui?

Sur son site internet, le quotidien La Libre Belgique publiait hier un article intitulé "Quel Champagne pour quel plat".  Un thème d'actualité, sauf bien sûr pour ceux qui sont passés au Cava ou au Prosecco.

Quoi qu'il en soit, on y trouve quelques conseils bien sentis, et même des recommandations de marques.

La Libre.jpg

Mon problème, à la lecture de cet article, ce n'est pas son contenu, ni le bien fondé de ces recommandations, qu'on peut évidemment discuter, mais le fait qu'elles ne soient pas signées.

Car les mots "Rédaction en ligne" ne me semblent pas constituer une signature.

D'autant que le même article, au mot près, est paru dans le journal La Dernière Heure.

Serions-nous tous devenus interchangeables, nous autres chroniqueurs viticoles?

Alors, chers confrères, peut-on connaître vos sources? La raison du choix de telle ou telle marque?

 

00:42 Écrit par Hervé Lalau dans Belgique, Champagne | Tags : champagne, conseils, critique | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

30 décembre 2014

Les Hautes Cottières, une belle cuvée de Muscadet

Aujourd'hui, les amoureux exclusifs du small is beautiful et des vins d'auteur sont excusés. Cette chronique-là n'est pas pour eux. Elle traite du vin d'un très gros groupe.

Le géant français du vin Castel possède des marques puissantes telles que Baron de Lestac ou Sidi Brahim. Il est aussi le propriétaire de domaines aux quatre coins de l'hexagone (qui en compte 6) et même au-delà.

Parmi ces domaines, il y a le Château de la Botinière, près de Vallet, au pays du Muscadet. Une grande propriété de 107 ha, jadis centre névralgique du commerce du vin de Nantes - on dit que ses caves abritaient pas moins de 600 barriques au 19ème siècle. 

La cuvée de base de cette grosse exploitation représente quelque 300.000 bouteilles!

Mais celle que je vous présente aujourd'hui, Les Hautes Cottières 2012, est plus restreinte (27.000 cols).

IMG_5585.jpg

Photo (C) H. Lalau 2014

C'est une sélection parcellaire de 12 ha de sols de type cristallin (notamment du gabbro, à ce que disent les spécialistes de la géologie... dont je ne suis pas).  

Cristalline, sa robe l'est, en tout cas; à peine colorée d'un pâle jaune-vert. Et puisqu'on est dans l'allusion minérale, restons y: ce vin vif évoque pour moi l'ardoise après la pluie. Un peu de la Bretagne dans mon nez.

Mais aussi, les agrumes - citron, surtout. Et même une pointe de confiture de rhubarbe.

La bouche est tranchante, directe, sans fioritures. Tout est cependant bien posé - il s'agit d'un 2012, je vous le rappelle.

La finale est saline, voire iodée - ce qui réjouira sans doute l'amateur de fruits de mer.

En résumé, un bon Muscadet, et un excellent rapport qualité-prix.

00:03 Écrit par Hervé Lalau dans France, Loire | Tags : muscadet, castel | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |