29 décembre 2014

Plan de réduction des traitements phytosanitaires: un échec cuisant

Le Plan Ecophyto  (oui, ça existe, c'était un des axes du Grenelle de l'environnement de 2008) prévoyait de diminuer de moitié les traitements phytosanitaire entre 2009 et 2013. 

Résultat: ils ont progressé de 5%... par an. Et même de 9% en 2013.

La faute aux conditions climatiques, avancent les plus optimistes.

La faute à la recherche du profit, répondent les autres.

Toujours est-il que la France est n°1 de l'emploi des pesticides en Europe (avec, il est vrai la plus grande étendue de terres agricoles du l'Union). Les deux principales cultures utilisant massivement des pesticides en France sont la vigne et l'arboriculture, qui, alors qu'elles représentent à elles deux 5% de la surface agricole nationale, emploient 20% des produits phytosanitaires.

Un nouveau plan devrait être adopté, qui table sur une meilleure formation des agriculteurs et sur la diversification des cultures.

Il serait en effet dommageable pour les exportateurs, notamment, que la France ne se voit durablement affublée d'une image de "pays chimique", de "pollueur de l'Europe". Sans parler du coût... sanitaire pour les Français eux mêmes.

00:07 Écrit par Hervé Lalau dans Europe, France | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

Commentaires

Du haut d votre tour d'ivoire vous ne vous êtes as aperçu que la climatologie de ces deux dernières années a été défavorable aux cultures et qu'il a fallu davantage les protéger.Certes, entant qu'avertisseur vous prenez plaisir à alerter l'opinion, parce que c'est en plus votre gagne pain.Bien sur, quand en France, les récoltes seront moindres ou inexistantes, vous vous abstiendrez d'acheter espagnol.

Écrit par : Marie-Josée Carzon | 30 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Merci de votre commentaire.
Du haut de ma tour d'ivoire, dont je descends parfois pour m'inquiéter de la santé des agriculteurs contaminés, voici ma réponse.
Primo, pour autant que les Espagnols produisent propre, je veux bien acheter espagnol, nous sommes tous Européens.
Secundo, regardez les chiffres: l'augmentation de l'emploi des pesticides est systématique depuis 5 ans, quelle que soit la météo.
Parallèlement, pour ce qui est du vin, les Français consomment moins; Alors pourquoi vouloir toujours augmenter les rendements? Pour distiller après?

Écrit par : Hervé LALAU | 30 décembre 2014

bonsoir

venez nous voir, à Westhalten, un très beau projet de mobilisation collective pour l'agroécologie, avec un cadre méthodologique, une reconnaissance des savoirs d'expérience des vignerons...et des vrais changements concrets depuis un an, avec l'abandon total des herbicides sur 40 ha des 200 qu'ils cultivent. Demain on commence la partie du projet sur baisse des intrants de synthèse pour le contrôle de la santé de la vigne. les viticulteurs sont tous engagés, et travaillent ensemble, qu'il soient en raisonné, en bio ou en biodynamie. Ce qui est différent : ce sont les vignerons qui imaginent leur projet, et celui-ci est guidé par une éthique environnementale qui inspire respect. bien sûr ce projet a du mal...car il ne suit pas les codes des bien-pensants de l'agrotechnique...mais ils commencent à nous rejoindre. venez nous voir, on vous fera visiter et discuter avec ceux qui agissent même en situation d'incertitude
on tiendra l'objectif du grenelle!

cordialement

cordialement

Écrit par : jean masson | 07 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.