26 décembre 2014

Orenga de Gaffory, Muscat du Cap Corse 2013

Hier midi, j'ai débouché un Muscat du cap Corse d'Orenga de Gaffory, millésime 2013.

Il s'est avéré un excellent compagnon pour le foie gras - pas corse, non, mais alsacien, en l'occurrence.

IMG_5576.jpg

Ses jolis agrumes - cédrat confit, comme de juste, et ses notes d'immortelle chantaient la Corse. Ne manquaient que les cigales. Sa sucrosité se mariait bien au gras du noble alsacien; mais il y avait une vie après le suctre, une belle note de menthe et soupçon d'amer qui relançait la fin de bouche.

Ce vin m'avait déjà fait une bonne impression sur place, il y a trois ans, dans un millésime plus ancien.

Tout comme ses cuvées de Patrimonio (Clos San Quilico et Cuvée du Gouverneur), sans oublier son minustellu Sacala Santa (Vin de France, un comble pour un cépage et un vin si empreint de tradition locale).

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Corse, France | Lien permanent | Commentaires (6) | | | |

Commentaires

Pourquoi voudrais-tu que ne soient pas appelés "de France" les excellents vins de l'île de Beauté. Il y a bien tant de vins continentaux qui sont ... corsés!

Écrit par : Luc Charlier | 26 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

La Corse a toujours été pour moi un des plus beaux joyaux de la France, et je serais vraiment triste qu'elle nous quitte. Mais dans le cas qui nous intéresse, j'ai du mal à comprendre qu'on doive affubler de la mention la plus vague qui soit, Vin de France, un vin obtenu en Corse, en zone d'appellation, avec un cépage corse remis au jour par des passionnés. J'espère que cette anomalie sera vite corrigée.

Écrit par : Hervé Lalau | 26 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

"Qu'on doive affubler ...." Cela peut être le choix du vigneron. Dès l'année qui vient, je garderai une AOP en vin doux - car la taxation est plus avantageuse que si on élabore de manière IDENTIQUE un "vin de liqueur" - et un vin d'AOP rouge, par correction vis-à-vis de mon entourage/environnement. Pour le reste, TOUT en VDF. Pourtant le "pays catalan" possède bien autant de spécificités que le "cap corse", non ?
Le monde entier se désintéresse des querelles de clocher et des imbéciles heureux qui sont nés qqpart. De + en +, les décrets d'AOP ne sont là que pour contenter qques caciques locaux et les conforter dans leur situation de monopole souhaité, qui souvent ne recouvre aucune réalité d'ailleurs.

Écrit par : Luc Charlier | 26 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Ca pourrait. Mais dans ce cas-ci, les "nouveaux" anciens cépages corses comme le minustellu sont autorisés dans les AOC mais à concurrence de 10%, si ma mémoire est bonne. Donc pas de choix pour le vigneron.
J'ai du mal à suivre la logique d'un arrêté qui autorise un cépage à 10%. Ou bien le cépage est bon et on devrait pouvoir en faire ce qu'on veut, ou bien il ne l'est pas et on le sort des AOC. Mais je suis trop simpliste, sans doute.

Écrit par : Hervé Lalau | 26 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Là, simpliste ou pas, tu as raison à ... 100%.

Écrit par : Luc Charlier | 27 décembre 2014

Cher Monsieur Lalau
Je suis bien sur très sensible à vos commentaires plutôt flatteurs pour nos vins
Nous avons pris le parti voilà quelques années de réimplanter de vieux cépages corse non intégrés dans nos appellations ainsi le minustellu aPatrimonio et l'Aleaticu que nous vinifions sous la dénomination des vins de liqueurs faute de reconnaissance en Aop vin doux naturel
Cordialement
Pace e Salute
Henri orenga

Écrit par : Henri orenga | 04 janvier 2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.