23 décembre 2014

Un Verdicchio, oui, mais pas n'importe lequel: le Matelica Superiore de Borgo Paglianetto

Dans les Marches, le Verdicchio donne souvent naissance à d'aimables vins de comptoir ou d'écailler, sans reproche, certes, mais sans autre intérêt que de rincer les morceaux de fruits de mer coincés entre les dents.

Les Italiens, qui n'aiment pas faire simple quand ils peuvent faire compliqué, ont donné plusieurs dénominations à ces vins; la plus courante, Verdicchio dei Castelli di Jesi, a un nom aussi long que le vin est (généralement) court au palais.

Il y a aussi une DOCG -  un petit G en plus qui dit qu'on a au moins une garantie en plus, celle de le payer un peu plus cher...

Dans le cas qui nous intéresse, c'est le Verdicchio di Matelica Riserva (la DOCG exige 18 mois de vieillissement).

C'est cette mention que porte le vin que je vous présente aujourd'hui, la cuvée Jera, de la Maison Borgo Paglianetto.

jera-500x500.jpg

Et force est de reconnaître qu'il est bien plus concentré que la moyenne. C'est un 2010 - ce qui tendrait à prouver effectivement que ce type de vins a une vie au delà de son premier été.

Il présente un nez très flatteur de poire, d'ananas, de mangue et de miel d'acacia; la bouche est fraîche et grasse, profonde, équilibrée.

PS. Le Verdicchio s'appelle aussi Triebbiano verde, Trebbiano Giallo ou Trebbiano di Lugana (entre autres). Ne pas confonfdre!

00:54 Écrit par Hervé Lalau dans Italie | Tags : italie, marches, verdicchio | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

Commentaires

J'ai dégusté ce vin Hervé et j'avoue qu'il m'a laissé un peu froid. Je trouve que c'est trop concentré et sans la finesse et l'agilité acide des meilleurs Verdicchio. Je vais en écrire prochainement dans mon blog
Joyeux Noël!
Franco

Écrit par : Franco Ziliani | 23 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Merci Franco, pour ton commentaire... et ta franchise.
Je suppose que l'on ne peut demander à un 2010 d'avoir l'air d'un verdicchio jeune, et cette DOCG vise d'ailleurs autre chose. Je pense qu'on peut aimer les deux types, à condition bien sûr que le consommateur sache la différence. Loin de moi l'idée de dire que tous les verdicchios doivent être comme celui là, même si j'ai adoré son aromatique. Joyeuses fêtes?

Écrit par : Hervé LALAU | 23 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Des fêtes sans Joe Cocker, même si son rock à lui n'était pas ... metallica! A présent, lui est "Up where we belong".

Écrit par : Luc Charlier | 23 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

Cher M. Lalau nous vous remercions pour votre article et pour votre analyse attentive et détaillée, nous sommes heureux que vous avez accepté notre hommage ! Si vous venez dans les Marches il serait notre grand plaisir de vous accueillir chez nous!

Écrit par : Borgo Paglianetto | 23 février 2015

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.