20 décembre 2014

Bordeaux-Champagne, rien ne va plus!

Alain Juppé aurait-il fait preuve de maladresse? Le Maire de Bordeaux a déclaré à la presse que sa mairie privilégierait les achats locaux pour ses réceptions, et abandonnerait le Champagne au profit du Crémant de Bordeaux. 

Tollé des Champenois! Dans Terres de Vin, Pierre-Emmanuel Taittinger contre-attaque avec une petite phrase assassine: "M. Juppé souhaite-t-il que, dans nos maisons de champagne, on arrête de servir ces vins de Bordeaux que nous adorons? S'il veut être président de la République, il doit jouer collectif national, et non collectif local.»

Je me permettrai de renvoyer les deux boxeurs dos à dos. Je trouve le Champagne trop cher et je n'apprécie guère le Crémant de Bordeaux - au point de me demander quelle est sa raison d'être, quand tant d'autres régions de France et du monde ont une vraie tradition de la bulle, de Die à Limoux en passant par Saumur ou l'Alsace, le Penedès, le Barraida, le Gaillacois, la Bourgogne, le Jura, Seyssel...

Mais ça n'engage que moi, et je ne brigue aucun suffrage.

00:18 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne | Tags : bordeaux, champagne, juppé, taittinger, préférence régionale | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

Commentaires

… et l'Alsace :-)

Écrit par : mauss | 20 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

J'ai cité l'Alsace. Si ma mémoire est bonne, Julien Dopff - dont une cuvée rappelle la mémoire - a appris à faire de la bulle à Epernay avant la guerre de 14 et a lancé sa première bouteille d'effervescent d'Alsace - qui ne s'appelait pas encore crémant - dans les années qui suivirent.
Je pourrais ajouter le Luxembourg - Bernard Massard a suivi à peu près le même chemin, dans les années 1920. La différence étant que tout ce qui est élaboré à Grevenmacher aujourd'hui n'est pas luxembourgeois.
Ce qui tant à prouver, d'ailleurs, que le rapport entre terroir et bonne bulle est assez complexe.

Écrit par : Hervé Lalau | 20 décembre 2014

Dommage que votre république ait abandonné la guillotine. D'accord avec Badinter (et surtout Camus avant lui), je suis un opposant farouche de la peine de mort. Mais ces DEUX-LA, on peut les renvoyer dos à dos sous le couperet: c'est du domaine de la salubrité publique. Alternative, pour ne pas salir la lame: jettés dans la Gironde ou la Vesle. Inconvénient, c'est une insulte à la mémoire de Buridan.
Messieurs les avocats du CIVC et aussi vous, les baveux de l'UMP, c'est de l'humour, pas une incitation au meurtre!

Écrit par : Luc Charlier | 20 décembre 2014

Répondre à ce commentaire

En matière de préférence régionale (un concept qui me dépasse, déjà que la préférence nationale me fait rire), il va falloir rebattre les cartes. Avec les fusions de régions, M. Juppé va devoir inviter l'Angélique de Niort, le Cognac et la liqueur de châtaigne du Limousin lors des raouts de sa mairie.
Quant aux Champenois, ils vont devoir ouvrir des espaces de vente pour les Crémants d'Alsace sur les grandes artères de Reims. Histoire d'accompagner les tartes aux mirabelles de Lorraine.

Écrit par : Hervé LALAU | 20 décembre 2014

Les commentaires sont fermés.