28 octobre 2014

Une polémique, une!

Voila ce que j'appelle une belle polémique, bien française.

"Faut-il que le journaliste ait passé du temps dans les vignes pour commenter un millésime?" Et en corollaire: 

"Faut-il savoir faire du vin pour en parler?"

Jérôme Pérez (La Passion du vin) et Michel Bettane (Bettane & Desseauve) n'ont pas la même façon d'aborder le problème, et ils l'ont exprimé de manière assez véhémente sur le blog du Grand Jury Européen.

Puis Michel Bettane en a fait une chronique sur son site.

La querelle a encore gonflé avec l'entrée en lice de copains et d'adversaires.

C'est rigolo. 

En ce qui me concerne, j'ai la même réponse aux deux questions: "ça dépend".

Voir les raisins dans les vignes et dans le conquet, parler avec les vignerons, cela peut être utile pour comprendre ce à quoi on peut s'attendre dans les cuves et dans les bouteilles. Tout en gardant à l'esprit qu'aujourd'hui, il y a bien des techniques pour sauver un mauvais millésime - et que la bouteille marquée 2014 ne contient pas forcément que du vin de 2014. 

Faut-il savoir faire du vin pour en parler? Pour moi, c'est non - à chacun son métier! Savoir comment on en fait, par contre, c'est utile, pour ne pas être à côté de la plaque, comme on dit dans la ferronnerie d'art.

Mettons-nous plutôt à la place du consommateur, demandons-nous ce qui pourra l'éclairer.

En définitive, la querelle Bettane-Pérez n'a guère d'importance. Moins, en tout cas, qu'un de leurs commentaires de vin.

00:08 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (9) | | | |

Commentaires

Je reprendrai simplement une phrase d'Emile Peynaud: "Il n'y a pas de bon dégustateur de vin sans culture oenologique"...c'est la devise du célèbre oenologue qui m'a encouragée à en connaître davantage....il y a donc un prérequis nécessaire!

Écrit par : Gosselin Jean-Noël | 28 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Petit correctif: les commentaires de Bettane et de Pérez ont aussi peu d'importance que leur querelle.

Écrit par : Luc Charlier | 28 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Vachard, le Léon. Mais quand même, si Cou Majoume était coup-de-coeur-vin-de- l'année-sept-étoiles-d'or au guide Bettane & Pérez, ça ferait peut-être vendre?

Écrit par : Hervé Lalau | 28 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Demande aux marchands: aucun article ne "fait vendre". Par contre, la répétition d'échos favorables crée un climat porteur. Encore faut-il avoir des points de vente.
Et si j'étais ce que tu dis, j'aurais renié tout ce à quoi je crois. Je dois bien tenir ma dose de pourriture, comme tout le monde, mais j'espère que la mienne est noble.

Écrit par : Luc Charlier | 28 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Un article peut-être pas mais un guide, si.

Écrit par : Hervé Lalau | 28 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Naaan! Un coup de coeur du Guide Hachette fait vendre si tu es sous la barre des 10 €. Sinon, macache bono. Vous vous donnez trop d'importance, mes petits loups. Lire les propos de La Rochefoucauld sur ce qu'il appelle la fatuité.

Écrit par : Luc Charlier | 29 octobre 2014

A t'entendre, on ferait mieux d'arrêter d'écrire. C'est pas l'envie qui manque, note bien, certains jours.

Écrit par : Hervé Lalau | 29 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Erreur, mais le but d'écrire n'est pas de faire vendre ... sauf justement pour beaucoup de ceux auxquels tu fais allusion. Voilà la confusion. Si la presse se fait le laquais du commerce, comme c'est le cas dans la majorité des activités humaines, elle cesse d'appartenir à la presse d'information pour devenir de la ... publicité.

Écrit par : Luc Charlier | 30 octobre 2014

Ah, le fameux mélange des genres... Il envahit la toile de plus en plus au point que moi aussi j'ai envie de poser la plume. ;-)

Écrit par : Michel Smith | 03 novembre 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.