26 novembre 2014

Au Mas d'Amile

Amélie d'Hurlaborde Carceller exploite avec son frère Sébastien le Domaine d'Amile, à Montpeyroux.

Amile, c'est le nom que lui donnait son grand père vigneron - il aurait voulu un garçon.

Quelle idée! Le vigneron est donc une vigneronne, et alors?

IMG_4990.jpg

"Amile" et ses vins (Photo H. Lalau (c) 2014)

Le domaine, lui, compte 7 ha. Démarré en 2007 autour du seul carignan du grand père (80 petits ares), il s'est agrandi au fil des rachats - du grenache, du merlot, et même du terret blanc. 

Jusqu'à présent, son vin est en IGP Hérault car ni Languedoc ni Languedoc Montpeyroux n'admettent un vin à majorité de carignan. Avec l'arrivée du grenache, Amélie va pouvoir faire officiellement de l'AOP. 

Ce changement coïncide avec la construction d'une nouvelle cuverie (jusqu'à présent, Amélie travaillait dans le garage du grand père, en compagnie de son frère Sébastien, et avec l'aide de son mari Jérôme.

Vu les résultats obtenus, aujourd'hui déjà, dans ces conditions quelque peu précaires, on se dit que la concurrence n'a qu'à bien se tenir...

Espérons seulement qu'elle nous garde quelques quilles de Carignan... Comme ces deux-là: 

Vieux Carignan 2012 IGP Hérault

Les vignes ont plus de 80 ans, mais le vin est tout jeune encore.

Joli nez, bonne acidité, fin, tannins suaves, joli réglissé et mûr en finale

Vieux Carignan 2011

Joli fruit noir, profond comme la robe; la bouche est assez tannique, voire rugueuse, mais c'est cette rusticité qu'on aime, d'autant qu'elle est contenue, comme enrobée dans le fruit qui revient en finale.

Commentaires

Un fois encore, cette notion de "concurrence", que tu invoques, est une conception erronée. Montpeyroux comporte beaucoup de très bons domaines, et c'est salutaire à tout le monde. En Alsace, les "bons" villages se portent bien. Après, il est certain que ce coin de l'hérault est très propice à élaborer de bons vins, et avec des rendements qui restent confortables. Bravo donc à ta jeune découverte. Maintenant, si c'est l'amyle qu'elle aime, envoie la faire du beaujolpif' primeur.

Écrit par : Luc Charlier | 26 novembre 2014

Répondre à ce commentaire

Et déjà en 2010, dans le seul hebdo consacré au Carignan, quelqu'un était à l'affût de la nouveauté... ;-)
http://les5duvin.over-blog.com/article-carignan-story-n-29-mas-d-amile-un-papi-tres-amical-55641922.html

Écrit par : Michel Smith | 26 novembre 2014

Répondre à ce commentaire

La concurrence, dans ce cas, Luc, c'est plus une figure de style...

Écrit par : Hervé LALAU | 27 novembre 2014

Répondre à ce commentaire

J'entends bien. C'est juste pour enfoncer un clou: la multiplication des bons vignerons dans un coin donné est une aubaine pour tous. Un des petits-enfants Janoueix - il doit être aux commandes maintenant - par ailleurs enthousiaste et sympathique, ayant fait une partie du chemin de Compostelle à cheval, me citait son grand-père dans les années '80: "Fais goûter beaucoup d'échantillons. Tout le vin qu'il boiront chez toi, ils ne l'achèteront pas chez les autres". Il y a plusieurs lectures à cette affirmation et je vous laisse l'analyser. Moi, je sais que c'est Jean-Marie Peyraud (Domaine Tempier) qui m'a fait découvrir la moitié des bons domaines du Bandol, à une époque où existaient pourtant deux syndicats rivaux sur l'appellation. En digne fils de Lucien, il avait compris (et son frère François aussi) que la qualité globale attire le public. Regarde chez nous, on voit souvent les trois vedettes (il y en a d'autres mais celles-ci comptent) Jean Gardiés, Hervé Bizeul, Gérard Gauby présenter leurs vins ensemble. Et ils ont bien raison.

Écrit par : Luc Charlier | 28 novembre 2014

Les commentaires sont fermés.