21 octobre 2014

La Pimpanela

Cette belle fleur-là aime la garrigue, le vent, la liberté. Elle s'y épanouit.

Elle, c'est Pascale Rivière, vigneronne passionnée. 

Après avoir goûté du commerce et de l'enseignement, puis soupé du journalisme, la dégourdie a planté ses racines dans le calcaire, le sable et les marnes de Montpeyroux, dont elle extrait des vins pleins de sève, de vie, de caractère. Elle qui vient d'ailleurs, semée là par les vents de la vie, est aujourd'hui un des meilleurs défenseurs de ce cru. Et plus largement, des femmes qui enfantent du vin.

Pi.jpg

Pascale devant sa jasse à ciel ouvert (Photo (c) H. Lalau)

 

Elle, c'est aussi la cuvée La Pimpanela, qui assemble Syrah, Grenache, Carignan et Cinsault de vieilles vignes.

Une cuvée qui d'emblée, vous présente un joli nez où se mêlent les fruits noirs et rouges, le thym sauvage et tout un petit monde d'épices très "Sud" dont je ne pourrai jamais retenir le nom; la bouche est sensuelle, mais fraîche, les tannins fermes mais soyeux. Et en prime, un poutoune, le baiser qui donne le frisson, un petit goût de pierre à feu. Et il n'en a pas fallu plus pour m'enflammer.

Sur le causse, la vieille jasse de Pascale n'a pas de toit; c'est mieux pour voir le ciel. Et l'oiseau qui vole. Comme les idées, les espoirs, les senteurs, la vie, quoi!

Pimpanela.jpg

 

Plus d'info: La Jasse Castel

00:30 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

Commentaires

1) Montpeyroux est un formidable endroit pour faire du vin. Beuacoup le prouvent.
2) Il ne faut pas faire du féminisme une discrimination POSITIVE. Il est heureux que des femmes élaborent du vin, du bon vin. Je souhaiterais qu'il y ait autant de femmes que d'hommes dans le métier de vigneron. Mais cela n'a rien de particulier. Y'en a marre de cette distinction.Oui, les femmes doivent prendre une place similaire dans la société à celle des hommes. Non, il ne faut pas crier au miracle quand elles le font.

Écrit par : Luc Charlier | 21 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Kikou Luc,
je réponds qu'on va quand même pas la déguiser en homme !! :-)
Je ne pense pas que cet article crie au miracle... Ne nous inquiétons pas....

Écrit par : Sisqueille | 21 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Luc, c'est drôle que tu me dises ça à moi qui ai déjà abordé ce sujet à maintes reprises en prônant l'égalité totale de traitement entre vignerons de tous sexes.
Aurais-je été un peu trop lyrique?
D'ailleurs, à Montpeyroux, j'aime les vins de Pascale, mais aussi ceux de Sylvain, ceux de Jo et André, ceux d'Amélie, ceux d'Alain...

Écrit par : Hervé Lalau | 21 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Oui, oui, nous tirons tous à la même corde: pas "l'égalité" des sexes - qu'est-ce que cela veut dire ? - mais l'acceptation naturelle de la place des femmes dans une société harmonieuse. Idem pour les préférences sexuelles, pour les gauchers, pour les handicapés, pour les couleurs de peau. En même temps, je comprends - car nous n'avons hélas pas encore atteint cette situation si désirable - que certaines de ces dames éprouvent encore le besoin de "militer". Simplement, c'est dommage qu'on en soit encore là et qu'il soit "nécessaire" de le mentionner. Cathy, il n'y a pas méprise: je ne souhaite nullement votre déguisement (ni à toi, ni à ma petite consoeur du village). J'aimerais tout simplement que cela paraisse évident, et qu'il ne faille pas le souligner. Un peu comme: "Oui, c'est un Flamand, mais il n'est pas si con que cela", en somme.

Écrit par : Luc Charlier | 21 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Les Flamandts sont des zoiseaux comme les autres.

Écrit par : Hervé Lalau | 21 octobre 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.