23 septembre 2014

Bodegas Torres accusé de fraudes par son ancien distributeur bolivien

Une bien curieuse affaire. La maison Miguel Torres est accusée de fraude fiscale et commerciale par son ancien distributeur bolivien, San Jorge.

Déclarant se baser sur des analyses confiées à un laboratoire de la Rioja, San Jorge prétend que les Brandies Torres 5 et Torres 10, mais aussi Viña Sol, Viña Sol, Mas La Plana, Milmanda et Santa Digna Sauvignon Blanc ont été falsifiés, soit en termes de cépages, soit en termes d'origine ou de compte d'âge.

Cependant, le laboratoire en question, Excell Ibérica, a formellement démenti cette information.

Les prémices de la dispute remontent à 2012, avec le blocage à la douane chilienne d'une cargaison de produits de Torres, notamment des huiles d'olive, dont San Jorge prétend que la date limite de consommation avait été dépassée - notons que les modes d'étiquetage diffèrent entre l'Europe et l'Amérique latine, à ce sujet, entre les formules "à consommer de préférence avant..." et "date limite de consommation".

Pour faire bonne mesure, San Jorge accuse également Torres d'évasion fiscale via une participation mexicaine, Negrita, au travers de sur-facturations supposées, ainsi que de détournement de fonds européens.  

D'après San Jorge, un juge de Barcelone aurait ouvert une instruction à ce sujet à la fin août.

Torres dit attendre la notification officielle de ces accusations; se référant à l'une d'elles, le groupe catalan fait tout de même remarquer qu'aucune analyse de laboratoire ne pourrait établir avec précision le temps de vieillissement d'un brandy.

Torres indique également avoir cessé ses relations commerciales avec San Jorge en septembre 2013, le groupe bolivien lui étant toujours redevable, toujours d'après Torres, de quelque 600.000 euros d'impayés.

11:00 Écrit par Hervé Lalau dans Chine, Espagne, Mexique, Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.