17 septembre 2014

Château Rouquette sur Mer Cuvée Adagio 2013

Ce rosé de grenache et de syrah qui nous vient de La Clape n'est pas fait pour les amateurs de whiter shade of pale. Sa robe grenat profond évoque plus le Tavel que le Côtes de Provence. Qu'importe la vêture, quand on a le nez si joli, plein de grenadine, de groseille et de cerise mûre, et la bouche aussi pulpeuse, aussi charmeuse! Le baiser dure longtemps et se termine en beauté, sur des épices douces. 

rouquette sur mer

La cuvée Adagio

Et vous savez quoi? On pourra encore en boire cet automne, et même cet hiver. A rosé de gastronomie, point de Clape... de fin.

rouquette sur mer

Jacques Boscary devant son domaine de la Rouquette sur Mer

00:27 Écrit par Hervé Lalau dans France, Languedoc | Tags : rouquette sur mer | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Commentaires

Hervé,


Tu as raison dans ta typologie : le Tavel offrait jadis souvent des rosés à robe plutôt soutenue. Maintenant, sous la pression de la GD qui veut offrir à ses clients ce qu’ils demandent – et cela on ne peut en toute bonne foi pas le lui reprocher – même ces rosés-là se font très légers en couleur.
Par ailleurs, intensité de la robe et type d’arômes sont indépendants, même s’ils peuvent être liés. Pour obtenir des robes très claires, il y a 20.000 manières. Et pour obtenir les arômes qu’on veut, il y a ... 20.000 manières aussi.
Nous avions élaboré pas mal de rosé cette année et, moitié à cause du temps qu’il a fait, moitié en raison de la crise, il n’a pas entièrement été vendu. Cela ne m’inquiète guère : il sera encore très bon au printemps 2015, bien longtemps après la fin de l’hiver (fermeture hermétique).

Écrit par : Luc Charlier | 17 septembre 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.