15 septembre 2014

Brunellogate, le retour

Toute la Toscane retient son souffle après les déclarations de la police italienne sur une vaste fraude aux appellations touchant le Brunello et le Rosso di Montalcino.

brunellogate,brunellopoli,fraude aux appellations

D'après le communiqué de la Guardia di Finanza de Sienne, l'instigateur de cette nouvelle fraude serait un consultant, à savoir Alessandro Lorenzetti. Les malversations, qui toucheraient plusieurs domaines, se seraient déroulées sur plusieurs millésimes, au moins entre 2008 et 2013.

Au total, quelque 160.000 litres de vin (encore au stade de l'élevage) ont été mis sous scellés en attendant de plus amples vérification.

Mais des questions restent encore sans réponse: quels sont les domaines concernés? Etaient-ils eux-mêmes victime de l'escroc supposé ou complice? D'où venaient les vins utilisés? Comment disparaissaient-ils des statistiques de leur région d'origine pour réapparaître dans les dénominations d'origine "contrôlée et garantie" Brunello ou Rosso di Montalcino? 

Un point positif, tout de même: cette fois, le Consorzio, sous l'impulsion de son président Fabrizio Bindocci, semble vouloir faire toute la lumière sur ces falsifications; Ce sont même les contrôles internes du Consorzio qui ont débouché sur l'enquête.

Par ailleurs, le Conzorzio, qui estime que les vignerons sont victimes de l'affaire au même titre que les consommateurs, puisqu'elle porte atteinte au renom de la DOCG, s'est déjà porté partie civile pour le procès à venir. 

00:40 Écrit par Hervé Lalau dans Italie, Toscane | Tags : brunellogate, brunellopoli, fraude aux appellations | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.