23 août 2014

Un foudre pour Francis Boulard

Francis Boulard fait appel au peuple des bons buveurs et sympathisants pour l'acquisition d'un nouveau foudre destiné à sa cuvée Petraea. 

Si comme moi, vous appréciez le travail de Francis et cette cuvée en particulier, vous pouvez contribuer via Fundovino.

Plus d'info ICI

champagne-francis-boulard-petraea-xcviii-mmvii-brut-nature.jpg

00:28 Écrit par Hervé Lalau dans Champagne, France | Tags : champagne, vin, francis boulard | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

Commentaires

Une réaction agacée de M Boulard alors que j’avais comparé sa physionomie bonhomme à celle du grand Michel Galabru – pour qui j’éprouve sympathie et admiration – ne m’empêche pas d’ajouter un commentaire. Il a parfaitement le droit de ne pas goûter mes facéties qui n’avaient aucune intention blessante par ailleurs. Pour ma part, dans cette Champagne productiviste et terre-à-terre, qu’un vigneron ait le désir de se donner les moyens de faire du vin encore meilleur alors qu’il n’en a pas les moyens lui-même me paraît significatif de son engagement. Vous connaissez mes réserves envers la vie, les écrits et le mode de penser de Steiner, mais je reconnais sans faux-semblant que beaucoup de ses disciples se posent les bonnes questions dans leur travail. Nous ne sommes pas forcément d’accord sur les réponses mais cela est sans importance. Associer ses propres efforts et sa clientèle, en dépassant le clivage traditionnel entre celui qui « achète » et celui qui fait le travail – un peu comme dans les amap – génère beaucoup d’espoir pour tous ceux qui, comme moi, déplorent le succès que rencontre l’agro-alimentaire et ses modes de commercialisation. A une époque où les banques sont encore plus inhumaines que par le passé, que les amateurs de bonnes choses financent en partie la production de ce qu’ils apprécient, et y trouvent leur juste intérêt par ailleurs, me paraît très sain. Quand ce sont des « aides » (de l’état ou de l’EU, peu importe) qui le permettent, on demande à la collectivité dans son ensemble de contribuer au plaisir et au luxe (certainement quand il s’agit de champ’) d’un petit nombre. Et ne me répondez pas que tout le monde participe au financement des écoles, du réseau routier, de la production d’énergie ... Tout cela est nécessaire au fonctionnement harmonieux d’un état solidaire. Le vin, pas vraiment, même s’il est vital, pour la famille Boulard comme pour moi-même.

Écrit par : Luc Charlier | 23 août 2014

Répondre à ce commentaire

Merci pour lui.
D'autant que je sais que tu n'es pas un inconditionnel du Champagne, que pour ces vins-là aussi, tu crois ce que tu bois (et tu as raison).

Écrit par : Hervé Lalau | 23 août 2014

Répondre à ce commentaire

Sur le site de Monsieur Boulard, la seule justification pour un foudre semble etre la moindre oxygenation qu'avec ses futs.
Mais alors pourquoi gaspiller son pognon, ou celui de ses clients, dans un foudre? Une cuve inox ou beton serait beaucoup plus economique! Ca peut meme s'acheter d'occasion si on est desargente.
Cette histoire d'appel a l'investissement des clients me semble etre en fait une action commerciale et marketing, beaucoup plus que financiere.
A part ca je souscrit entierement a l'idee de faire le champagne avec le moins d'oxydation possible. Raison de plus pour eviter le foudre et travailler en inox.

Écrit par : Denis Boireau | 25 août 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.