21 juillet 2014

Le vin de Guinevere

Ces jours-ci, je découvre avec délices l'univers très décalé de Donovan, un artiste dont je ne connaissais guère que quelques tubes pop comme Yellow Mellow, mais qui mérite plus d'attention.

Cet Ecossais est un poète, mais aussi un briseur de règles qui n'aime rien autant que mélanger les rythmes et les styles; il est aussi à l'aise dans le calypso, dans la musique indienne que dans le celtique. 

donovan-colours-pye.jpg

Son influence a été énorme et variée, des Beatles, des Stones à Steve Hillage en passant par King Crimson, Genesis, Cat Stevens ou Led Zeppelin (John Paul Jones était son arrangeur, Jimmy Page un de ses guitaristes attitrés). 

Il crée un univers onirique, plein de fées, de rivières et de brumes celtiques, d'Atlantes, de nobles dames du temps jadis. Il résume à lui seul pas mal des années 70. Mais avec 5 ans d'avance.

Une de ses compositions dans ce style, Guinevere, évoque le vin, et j'y ai trouvé le prétexte d'évoquer ici ce troubadour:

"Draped in white velvet, silk and lace

The rustle of her gown on the marble staircase

Sparkles on fingers slender and pale

The jester he sleeps but the raven he peeps

Through the dark foreboding skies of the royal domain

Maroon colored wine from the vineyards of Charlemagne

Is sipped by the Queen's lip and so gently..."

Reste la question à 1000 écus: le Corton s'exportait-il à la cour du roi Arthur?

Arthur a-t-il d'ailleurs jamais existé?

Esprits terre à terre s'abstenir.

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Bourgogne, Grande-Bretagne | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Commentaires

Bonne fête nationale, Hervé

Tu devrais savoir que le coton ne s'est rapproché de nous que vers le 13ème siècle, via l'Arménie, même si les Grecs l'avaient côtoyé. Et ce n'est que les E-U qui l'ont réellement popularisé. Donc, Arthur ....
Mais tu as raison, Wight is Wight et Viva Donovan.

Écrit par : Luc Charlier | 21 juillet 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.