17 juillet 2014

Clos Culombu

De tous les vignobles de Corse, celui de Calvi est le seul que je n'ai pas visité. De passage à Corte, j'ai eu l'occasion de déguster le vin du Clos Culombu, qui me servira pour l'instant de mètre-étalon... au moins en rouge.

C'était le millésime 2012.

L'assemblage fait la part belle au Nielucciu (50%) et au Sciaccarellu (30%), complétés de syrah et de grenache.

Le nez surprend par son côté épicé (poivre, anis, fenugrec), qui ferait presque oublier le joli fruité (groseille, cerise mûre); épices que l'on retrouve en bouche; celle-ci, tout en fluidité, présente des tannins bien ronds, la finale laissant une belle impression de fraîcheur fruitée.

Une bouteille tout à fait recommandable, de quoi donner un air de vacances corses à votre prochaine grillade. Et plus si affinités.IMG_4052.jpg

Plus d'info: Clos Culombu

 

 

09:43 Écrit par Hervé Lalau dans Corse, France | Tags : corse, calvi, clos culombu | Lien permanent | Commentaires (3) | | | |

Commentaires

Hervé,

Nombreux sont ceux qui se trompent, mais on parle de "mètre-étalon". Il s'agissait d'une barre de métal (platine et iridium) fabriquée par le BIPM et encore conservée au pavillon de Breteuil à Sèvres. Elle a servi de référence jusqu'en 1960 pour la distance appelée un mètre. Depuis 1983, on préfère la définir comme une fraction bien précise de la vitesse parcourue dans le vide par ... la lumière. C'est beaucoup plus facile à mesurer !
Par contre, dans un dispositif de freinage, on parle bien du "maître-cylindre".

Écrit par : Luc Charlier | 17 juillet 2014

Répondre à ce commentaire

Tu as raison. Un lapsus révélateur (je me prends souvent pour un maître... 93).

Écrit par : Hervé LALAU | 17 juillet 2014

Répondre à ce commentaire

Hervé

Outre ces paronomases, tu as parfois des raccourcis surprenants dans l’interprétation des comptes de certaines sociétés. Cela agace Mauss, normal pour un citoyen grand-ducal : la finance, on ne rigole pas avec cela. On ne rigole d’ailleurs pas avec grand-chose, de ce côté-là de l’Alzette. On dit pourtant « Bilan bien cool n’agace pas Mauss ».
Il arrive que ta fille musicologue diminue le son de « Das Lied von der Erde » sur la platine laser. A ce moment-là, tu te casses déjà quand Mahler baisse !

Écrit par : Luc Charlier | 17 juillet 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.