09 juillet 2014

Princier, ce Cahors!

cayx, cahors, danemark, henri de montpezat

Si vous voulez vous donner la peine de me suivre au château… (Photo André Devald)

Ce n'est pas tous les jours qu'on boit le vin d'un Prince, fût-il de Danemark. En l'occurrence, le Cahors du Château de Cayx, à Luzech. Mais ce n'est pas ça qui a dicté le choix de vous le présenter - plutôt le plaisir de revoir cette propriété au sommet.  

"La qualité n'a pas toujours été au niveau de la réputation", dira-t-on dans un vigoureux euphémisme. Les résultats obtenus par l'équipe de Guillaume Bardin et Alexandre Gélis, en à peine deux ans, sont impressionnants. Et pas seulement dans les cuvées de prestige.

cayx, cahors, danemark, henri de montpezat

Alexandre Gélis (Photo H. Lalau)

Bon, la cuvée Royale est époustouflante, mais un peu chère. Alors je me suis rabattu sur le Château de Cayx 2011. "Elle est issue d'une sélection parcellaire de deuxièmes et troisièmes terrasses et éboulis", m'a dit M. Gélis. J'ai fait: "D'accord", avec un air entendu qui ne trompait personne. Et puis j'ai mis mon nez dans le verre. C'était princier. Épicé, fruité (noir, bien sûr, à Cahors), avec une touche de prune; le bois était bien intégré, la bouche longue, veloutée, la finale pleine de…  noblesse, avec une touche de violette - comme si le Prince Henri avait mis une fleur à la boutonnière de son habit.

Pour une vingtaine d'euros, moi, ce jour-là, je faisais partie du Gotha... des dégustateurs.

cayx, cahors, danemark, henri de montpezat

Vu du château (Photo H. Lalau)

08:20 Écrit par Hervé Lalau dans France, Sud-Ouest | Tags : cayx, cahors, danemark, henri de montpezat | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

Le vin noir

Cahors ne serait-elle pas l'appellation française qui s'est le plus remise en question et qui a réalisé le plus de reconversions vers l'excellence de ces 20 dernières années ?
Attention cependant : les énormes investissements financiers consentis par certains devront s'amortir et les prix vont donc continuer à flamber. A part dans les zones alluvionnaires du Lot (pas les meilleures), on n'obtient pas des rendemenst de fou à Cahors, surtout avec le cot. Attention aussi au boisage parfois un peu "enthousiaste".

Écrit par : Luc Charlier | 09 juillet 2014

Répondre à ce commentaire

Je suis tout-à-fait d'accord avec LC...j'ai récemment pu grâce aux frères Janicot déguster plusieurs millésimes récents des principaux crus de Cahors et le côté flatteur de ceux-ci m'a surpris; certes beaucoup de pureté et d'équilibre mais aussi beaucoup de boisé vanillé. Ce qui tranche assurément avec le passé...témoin, j'ai quelques bout de Lamartine Cuvée Expression 98 et 99 en cave qui n'arrivent pas "à se faire"...Quel contraste!!!
Et en effet, les prix se sont aussi bien envolés!

Écrit par : Gosselin Jean-Noêl | 10 juillet 2014

Les commentaires sont fermés.