06 juillet 2014

Top 67

Les 67 personnes les plus riches au monde totalisent une fortune équivalente à celle de la moitié la plus pauvre de la population mondiale. Soit 3,5 milliards de gens.

Le chiffre paraît tellement extraordinaire que j'ai du m'y reprendre à deux fois pour le comprendre, pour intégrer la notion.

Je me suis demandé si ce genre de comparaison ne pouvait pas s'appliquer à un secteur particulier, comme celui du vin.

Quel pourcentage de tout ce que nous buvons est représenté par les 5 plus gros producteurs, ou les 10 premiers, ou les 50 premiers? A l'échelle mondiale, à l'échelle européenne et à l'échelle française.

J'ai bien peur d'être surpris par le degré de concentration atteint dans cette industrie dont seule une partie peut encore s'appeler un artisanat.

00:06 Écrit par Hervé Lalau dans Vins de tous pays | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Commentaires

Hervé,


Tu t’appliques à toi-même, en le pastichant, le titre de Peyrefitte/Bonaparte, « Quand x s’éveillera ... etc ». Feu notre vieil ami libertaire/anarchiste Serge clamait à tout bout de champ la formule - qui n’est pas de lui : « Les capitalistes ne veulent qu’une seule chose : tout ». Le pire est que tout individu un tant soit peu clairvoyant le sait, au-delà de toute opinion politique, mais que personne ne réagit. Les producteurs fruitiers bloquent Grand Saint-Charles en dehors de Perpignan, la plus grande plate-forme maraîchère d’Europe, et y déversent des tonnes de fruits invendus, en criant haro sur leurs homologues espagnols. En même temps, ils sont des milliers, les agriculteurs et leurs femmes, à pousser leur chariot rempli de tout ce dont ils n’ont pas besoin, le samedi sur les parkings de la GD.
Quel est le but de cette filière ? Quand plein de petits agriculteurs auront dû mettre la clé sous la porte, il ne restera que les gros pour vendre leur production banalisée, aseptisée, formatée (ce que Pousson et moi et encore quelques autres appelons avec finesse leur « merde »). Ils seront aussi les gérants de grosses sociétés appartenant aux mêmes actionnaires que la GD. Ils possèderont également, ces actionnaires, les rares restaurants gastro subsistant – où ils vont manger tous les jours – approvisionnés par quelques fermes de petite taille leur appartenant également. Il sera interdit d’acheter des graines, ou des arbres, ailleurs que chez leurs pépiniéristes certifiés – on est en chemin déjà.
Oui, Hervé, depuis qu’un système monétaire (n’importe lequel) a été inventé, les riches sont devenus de plus en plus rares et de plus en plus riches. Les pauvres sont devenus de plus en plus pauvres et de plus en plus nombreux et la fameuse « classe moyenne » - à laquelle toi et moi appartenions de facto et pensions appartenir – tend à disparaître.
Il n’y a qu’une solution : une révolution sur un mode à inventer. Ni toi ni moi ne le verrons. Conduira-t-elle à un monde meilleur ? Bien sûr que non.

Écrit par : Luc Charlier | 06 juillet 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.