05 juin 2014

Le Morgon de Mathieu Lapierre... naturellement

A Villié-Morgon, Mathieu Lapierre continue l’oeuvre de son père Marcel, disparu en 2010. Ni pesticides, ni levurage, ni chaptalisation, le minimum de soufre (ou pas du tout)… tout reste en place pour produire les vins que Jules Chauvet appelait de ses vœux: des vins qui ont le goût de leur raisin.

Morgon 2012

Au nez, la fraise et la framboise sont très séduisantes. La bouche est vive et très droite, on note une petite pointe de sucrosité (mais c’est plutôt la puissance du fruit que du sucre en tant que tel). L’acidité et des tannins joliment enrobés soutiennent bien l’ensemble, ce vin à la fois fluide et charnu. Un peu de patience, et la porte s'ouvre sur la complexité; les épices et les fleurs tourbillonnent, clou de girofle, réglisse, violette, un vrai bouquet final.

Rien que pour un vin comme celui-là, si le vin nature n'existait pas, il faudrait l'inventer. Après, savoir si c'est le bon nom, si c'est le seul type de vin possible, bien sûr, ça se discute... Mais buvons d'abord!

IMG_2255.JPG

00:05 Écrit par Hervé Lalau dans Beaujolais, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.