10 mai 2014

Barros Colheita 1966 ou le temps capturé

La Colheita est aux Portos oxydatifs ce que le Vintage est aux Portos obtenus en milieu réducteur: une cuvée millésimée. Pas tous les ans, seulement les bonnes années.

Comme ce 1966 de la maison Barros.

barros,colheita,portugal

La robe, plutôt dense, présente de belles nuances tuilées. Le nez évoque le raisin sec, l'abricot sec, le café; la bouche est bien équilibrée, le sucre et l'alcool étant très bien fondus; les épices (fenouil, céleri, gingembre) titillent la langue: très belle finale à la fois saline et mentholée, une impression de fraîcheur malgré l'alcool et le sucre. Voila un vin qui ne fait vraiment pas son âge. Mise en bouteille: 2013. 

Il y aurait un livre à écrire sur ce type de vin, sur sa capacité, non seulement à bien vieillir, mais à se bonifier avec l'âge. Le même jour, j'ai dégusté plusieurs millésimes plus jeunes, qui, malgré leurs qualités évidentes, demandaient encore à s'affiner. A moins que... Les Colheitas étant apparemment embouteillés plus tôt que par le passé, ils passent donc moins de temps dans la barrqiue (merci Monsieur de la Palice). La qualité finale ne s'en trouvera-t-elle pas changée? En clair: un vin comme ce 1966 aura-t-il des successeurs?

 

00:18 Écrit par Hervé Lalau dans Portugal | Tags : barros, colheita, portugal | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.