14 avril 2014

Contrôle de l'URSSAF au vignoble

Un viticulteur reçoit la visite inopinée d'un contrôleur de l'URSSAF. Selon certaines rumeurs, notre homme ne paierait pas correctement son personnel.

L'inspecteur : 

Je veux voir la liste de vos salariés ainsi que leurs fiches de paie.

Le viticulteur: 

D'abord il y a Manuel, l'ouvrier agricole; il travaille 35h/semaine et je le paie 400 euros / semaine plus le logement et le couvert.                                   

Ensuite il y a Christiane, la cuisinière: elle travaille 35h/semaine et je lui donne 300 euros/semaine plus le logement et le couvert.

Enfin, il y a Simplet, l'homme à tout faire; il travaille 18 heures par jour (126h/semaine); c'est lui qui fait 80% de

tous les travaux de la ferme. Je lui donne 10 euros par semaine et il paie sa nourriture et son logement. 

Le samedi soir je lui achète une bouteille de whisky et, à l'occasion, il dort avec ma femme.

L'inspecteur: 

C'est lui que je veux voir!

Le viticulteur:

Il est en face de vous. C'est moi!

 

Source: inconnue. Merci à Roger pour le tuyau.

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans France, Pour rire | Tags : urssaf, vin, viticulteur, humour | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Commentaires

Les contrôleurs d'URSSAF autrefois était plus tolérant que ceux d'aujourd'hui. Ils étaient humains. Ceux d'aujourd'hui ne laisse rien passer, ils sont inhumains. Ils contrôlent les patrons mais ne sont pas capables de travailler de leur dix doigts. Ils viennent et te juge, te font chier et te taxe sans vraiment de raisons valables alors qu'ils ne connaissent rien au travail. Ils se comportent comme des grosses fientes. Ils touchent minimum 2 000 €uros net de salaire par mois plus un pourcentage sur les redressements qu'ils font. Ils taxent même les doyens qui ont crée la vigne et qui aident leurs enfants à cultiver la vigne : c'est immonde, jamais autrefois on a vu ça. ça ne m'étonne pas qu'il y ai autant de chômage en France : si c'est comme ça que l'état Français pense intéresser les investisseurs, c'est qu'ils n'ont rien compris au travail. Leurs lois les fait fuir. On voit bien toutes les délocalisations.... En France, on fait partir les entreprises et on fait rentrer des étrangers, on taxe et surtaxe celui qui travail comme si le Français était un esclave. Dans ces conditions, comment voulez-vous qu'on puisse rembourser la dette de la France.

Écrit par : jacky | 28 juin 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.