10 avril 2014

Bordeaux 2013 selon Christian Seely: "La presse dénigre"

Suite du feuilleton "Saving Private Bordeaux 2013". Si ça continue, il y aura bientôt autant d'épisodes que dans Brothers in Arms. Ou devrais-je parler de "Plus Belle la Vie"?

Aujourd'hui, c'est Christian Seely qui s'y colle. Le très compétent patron d'Axa Millésime dénonce un "effort concerté de la presse" pour dénigrer le millésime.

Je cite: “What I feel very strongly about this vintage is that there has been more or less a concerted effort since the time of the harvest to talk the vintage down in the press. “Now the wines are starting to come out it’s almost as if there’s a desire in the wine press to see it not work, which is a great shame.”

Moi, c'est drôle, je parlerais plutôt d'un effort concerté des raisins de 2013 pour ne pas être de qualité… de la méchanceté de dame Nature, que même les tries, les  assemblages de cuvée "spécial primeurs", l'ajout d'autres millésimes, la tambouille habituelle, quoi, n'arrive pas à gommer cette année.

Et je trouve même que la plupart  de mes confrères sont trop généreux. Même si quelques châteaux ont fait de jolies choses, joli, ce n'est pas grand. Or les grands crus de Bordeaux nous promettent toujours du grand, pas des vins de soif. C'est là qu'est l'os: on ne peut pas marcher sur la pointe des pieds tout le temps. De temps à autre, même avec la technologie de pointe, on ne peut compenser les déficiences de la matière première.

Quant à la concertation entre les gens de la presse... c'est comme si moi j'accusais les grands crus de fixer ensemble leurs prix. Euh, non, mauvais exemple.

Et puis, la presse, Messieurs les propriétaires, si elle vous déplaît, vous n'avez qu'à plus l'inviter.

Et pourtant, je l'aime bien, Christian.

10:47 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : bordeaux | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

Oui je suis assez d'accord avec ça… D'ailleurs Seely le dit en filigrane : c'est bon mais pas exceptionnel. Et là, je ne résiste pas à la comparaison avec 2008 qui reste encore moins chers que 2013. Une baisse symbolique mais pas réaliste.

Écrit par : Olivier Borneuf | 11 avril 2014

Répondre à ce commentaire

Tout ça, c'est la faute à twitter…
http://www.thejosephreport.blogspot.be/2014/04/paranoia-in-bordeaux-part-2.html

Écrit par : Hervé LALAU | 11 avril 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.