02 avril 2014

Plus que quelques heures...

Plus que quelques heures, et nous connaîtrons la liste des membres du nouveau gouvernement.

Les grandes rédactions bruissent des noms de ceux qui partent et de ceux qui sont censés les remplacer.

Oserai-je vous dire que je m'en fiche? Que j'ai à peine réussi à mémoriser quatre ou cinq noms du gouvernement sortant. Et pas toujours à leur bénéfice. Je ne regretterai pas Mme Duflot ni M.Peillon. Ni, dans un autre genre, M. Cahuzac.

Oserai-je dire à toutes les personnalités de la République, de droite comme de gauche, qu'ils n'ont pas l'importance qu'ils pensent? Que jouer des coudes pour prendre ces places est assez dérisoire? Que ministre, en latin, veut dire serviteur. Que république veut dire bien commun? Qu'ils ne sont rien sans nous? 

C'est peine perdue. Sans doute certains croient-ils sincèrement qu'ils vont changer des choses, que leur petite personne fera la différence. Peut-être même que dans certains cas, c'est vrai. Il faut bien que certains s'y collent. Que quelqu'un mette les mains dans le cambouis. Mais de là à se bousculer pour entrer dans le garage...

Je trouve que la presse en fait toujours trop à l'occasion de ce jeu de chaises musicales.

Ringo.jpg

Toutes proportions gardées, c'est un peu comme les Primeurs de Bordeaux, dans mon métier. The place to be. Il y en a même qui se plaignent de ne pas être invités. Je leur laisse ma chaise. Surtout cette année.

Et maintenant, une petite chanson pour grands crus de l'Etat, pour tous les irremplaçables, les incomparables, ceux que le monde nous envie.

 

08:10 Écrit par Hervé Lalau dans France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.