31 mars 2014

Manuel Valls, s'il vous plaît, pouvez-vous aider Manitas de Plata?

A l'heure où Manuel Valls s'installe à Matignon, puis-je lui demander respectueusement de considérer la situation d'un Rom qui ne mendie pas, qui ne vole pas, qui n'agresse pas, mais qui vit de ses mains depuis plus de 80 ans, j'ai nommé Manitas de Plata. L'artiste, qui partage avec M. Valls un héritage franco-espagnol, est âgé aujourd'hui de 92 ans. Il est malade et endetté, ayant eu le tort d'investir ses cachets dans des voitures plutôt que dans des actions ou des terres, en bon nomade qu'il a toujours été. Sa maison, c'était sa guitare, et beaucoup y ont logé à l'aise.

Ce Sétois aux mains d'argent mais bien vides, aujourd'hui, a porté très haut les couleurs de la musique, et au travers elle, de notre pays.

Peut-être la France peut-elle faire un geste en sa faveur? Lui rendre un peu de tout ce qu'il lui a donné? Peut-être son cas peut-il aussi faire comprendre à certains qu'il n'y a pas les bons et les mauvais Français de race, de souche, d'origine?

397px-Manitas_de_Plata_2_(Repetities_1968-03-07_Grand_Gala_du_Disque_Populaire).jpg

21:29 Écrit par Hervé Lalau dans Espagne, France | Tags : manitas de plata | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Le Morgon 2011 de Piron contribue au rapprochement sino-français

Le président chinois en visite en France ne concevait pas de voir Lyon sans déguster un bon Beaujolais. Toute comparaison avec un président français en visite dans un pays viticole étranger serait désobligeante, aussi m'en abstiendrai-je.

Toujours est-il que selon le souhait de M Xi, Dominique Piron s'est chargé de représenter le Beaujolais dans les salons de l'hôtel de ville, le 25 mars dernier, avec son excellent Morgon 2011 (je peux le dire, car je l'ai goûté à une autre occasion).

Il confirme que le président chinois est un adapte du Beaujolais, vin abordable dans tous les sens du terme.

«Le marché du vin en Chine est très grand» a déclaré Xi Jinping, un peu à la manière d'une maxime chinoise légèrement absconse. Mais sans doute faillait-il y voir un encouragement, maintenant que les barrières techniques à l'importation viennent d'être levées en Chine.

IMG_2215.JPG

M. Xi - ou serait-ce M. Piron?

Un amoureux du Beaujoiais, en tout cas... (Photo (c) H. Lalau)

En tous cas, le ministre français des Affaires étrangères a glissé "bien joué" au producteur français. Sur ce coup-là, je suis 100% Fabiusien.

Qui sait si nos vins, en plus de représenter une belles sources de devises, ne contribuent pas à huiler les rouages de nos relations extérieures? Avec la Chine, il y avait la diplomatie du ping-pong, la diplomatie du panda, il y a maintenant la diplomatie du Morgon (Côte de Xi, bien sûr)

Peut-être M. Fabius devrait peut-être ouvrir une ambassade à Paris, auprès du ministère de la Santé?

 

00:29 Écrit par Hervé Lalau dans Chine, France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |