31 mars 2014

Le Morgon 2011 de Piron contribue au rapprochement sino-français

Le président chinois en visite en France ne concevait pas de voir Lyon sans déguster un bon Beaujolais. Toute comparaison avec un président français en visite dans un pays viticole étranger serait désobligeante, aussi m'en abstiendrai-je.

Toujours est-il que selon le souhait de M Xi, Dominique Piron s'est chargé de représenter le Beaujolais dans les salons de l'hôtel de ville, le 25 mars dernier, avec son excellent Morgon 2011 (je peux le dire, car je l'ai goûté à une autre occasion).

Il confirme que le président chinois est un adapte du Beaujolais, vin abordable dans tous les sens du terme.

«Le marché du vin en Chine est très grand» a déclaré Xi Jinping, un peu à la manière d'une maxime chinoise légèrement absconse. Mais sans doute faillait-il y voir un encouragement, maintenant que les barrières techniques à l'importation viennent d'être levées en Chine.

IMG_2215.JPG

M. Xi - ou serait-ce M. Piron?

Un amoureux du Beaujoiais, en tout cas... (Photo (c) H. Lalau)

En tous cas, le ministre français des Affaires étrangères a glissé "bien joué" au producteur français. Sur ce coup-là, je suis 100% Fabiusien.

Qui sait si nos vins, en plus de représenter une belles sources de devises, ne contribuent pas à huiler les rouages de nos relations extérieures? Avec la Chine, il y avait la diplomatie du ping-pong, la diplomatie du panda, il y a maintenant la diplomatie du Morgon (Côte de Xi, bien sûr)

Peut-être M. Fabius devrait peut-être ouvrir une ambassade à Paris, auprès du ministère de la Santé?

 

00:29 Écrit par Hervé Lalau dans Chine, France | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Commentaires

A propos de rapprochement, as-tu vu que les Asiatiques arrivent souvent à pied par la Chine ? On sait d'ailleurs que, en Europe, les hommes vénèrent les Nippons, tandis que les femmes préfèrent la Chine. Pas facile, les relations internationales.

Écrit par : Luc Charlier | 31 mars 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.