25 mars 2014

Classement de Saint Emilion: l'INAO se défend

Mis en cause par Isabelle Saporta dans son Vinobusiness au sujet du classement de Saint Emilion, l'INAO a jugé utile de rappeler par communiqué la méthode utilisée.

 

saporta,vinobusiness,bordeaux,vin,saint emilion,inao

Je vous livre le texte de ce communiqué.

Précisions sur le rôle de l’INAO dans le cadre du classement des grands crus de Saint-Emilion 2012

Certaines déclarations récentes pouvant porter à confusion nous conduisent à rappeler quelques éléments sur le classement des grands crus de Saint-Emilion établi en 2011/2012.

Publication du règlement de classement

Le règlement du classement homologué par arrêté interministériel a été publié le 16 juin 2011 au Journal Officiel de la République Française (JORF).

Les dépôts des dossiers devaient être effectués auprès de l’INAO avant le 30 septembre 2011, date à laquelle les éléments pris en compte pour l’examen des candidatures avaient déjà été rendus publics. Plus de trois mois se sont ainsi écoulés entre la date de publication du règlement et la date de clôture de réception des dossiers, sans qu’aucun recours judiciaire n’ait été engagé.

Constitution d’une commission de classement indépendante

Une commission de classement indépendante a été constituée pour organiser les travaux liés au classement des grands crus de Saint-Emilion.

Elle était composée de 7 membres nommés par le Comité national des appellations d’origine viticoles de l’INAO. Les personnalités désignées étaient extérieures à la région bordelaise et n’avaient pas d’intérêts directs avec le futur classement (voir annexe).

La commission de classement a supervisé deux organismes de contrôle tiers et indépendants désignés suite à un appel d’offres, pour appuyer ses travaux.

Qualisud a ainsi été chargé de l’organisation de la dégustation des vins prélevés, avec plus de 1000 échantillons évalués par 26 jurés dans des conditions totales d’anonymat sur une période de cinq mois. Bureau Veritas était quant à lui chargé de procéder à l’examen de la notoriété, de l’assiette foncière et de la conduite de l’exploitation de chacun des candidats.

Les critères de classement

Pour bénéficier de la mention « grand cru classé » les candidats ont dû obtenir une note finale supérieure ou égale à 14/20 répartie de la manière suivante :

-       Dégustation : 50% (sur 10 millésimes où ont été appréciées la qualité et la constance des  vins)

-       Caractérisation des cultures, analyse des sols, géo-pédologie : 20%

-       Méthode de conduite de la vigne et vinification : 10%

Ces 3 critères cumulés, qui représentent 80 % de la notation, concernent directement le vin en lui-même et son terroir.

-       Notoriété de l’exploitation : 20% (dont 0,2% accordé au parking…)

Les dossiers des candidats à un classement en « premier grand cru classé » ont d’abord été examinés au titre de « grand cru classé ».

Parmi eux, seuls ceux ayant obtenu une note supérieure ou égale à 14/20 ont été examinés, dans un second temps, sur la base des critères de notation suivants :

-          Dégustation : 30% (sur 5 millésimes plus anciens que sur les 10 dégustés en grand cru classé. Là aussi la qualité et la constance des vins ont été appréciés)

-          Caractérisation des cultures, analyse des sols, géo-pédologie : 30 %

-          Méthode de conduite de la vigne et vinification : 5 %

-          Notoriété de l’exploitation : 35 %

Pour être admis comme « premier grand cru classé », ils ont dû obtenir une note supérieure ou égale à 16/20.

Ces critères affectés d’un pourcentage figuraient dans le règlement de classement.

Les modalités d’évaluation ont été approuvées par la commission de classement indépendante.

Annexe : Liste des membres de la Commission de classement

Robert Tinlot (président)

Région : Bourgogne; ancien membre du Comité National Vins AOC, ancien Directeur de l’OIV, ancien Inspecteur Général Honoraire de la Répression des Fraudes, ancien professeur à l’Institut des Hautes Etudes de Droit Rural et d’Economie Agricole

Robert Drouhin

Région : Bourgogne; ancien membre du Comité National Vins AOC, négociant – Maison Joseph DROUHIN

Marcel Guigal

Région : Vallée du Rhône; ancien membre du Comité National Vins AOC, négociant et producteur

Marc Brugnon

Région : Champagne; Ancien membre du Comité National Vins, Producteur

Gérard Vinet

Région : Val de Loire; Membre du Comité National Vins AOC, producteur

Michel Bronzo

Région : Provence; Membre du Comité National Vins AOC et du Conseil Permanent, producteur, Président du CRINAO Provence-Corse

Philippe Faure-Brac

Membre du Comité National Vins AOC, Meilleur sommelier du monde en 1992, sommelier et restaurateur, auteur de livres sur le vin

Ayant déjà consacré plusieurs billets à ce classement à sa sortie, je ne crois pas utile de commenter à nouveau ce communiqué. A Mme Saporta d'apporter les précisions utiles pour la défense de ses thèses. Elle en aura bientôt le loisir devant la justice, puisque, comme on le sait, Hubert de Boûard l'assigne en diffamation.

 

12:35 Écrit par Hervé Lalau dans Bordeaux, France | Tags : saporta, vinobusiness, bordeaux, vin, saint emilion, inao | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.