24 mars 2014

Au-delà de la compétence

Vous savez que je ne fais pas de politique. Mais...

Je crois indispensable de relever ici l'élection triomphale de Mme Caroline Bartoli à la mairie de Propriano (Corse du Sud), avec un score de 69,49% au premier tour.

Pourtant, la dame le dit elle-même, elle n'a nullement l'intention de démarrer une carrière politique. On ne peut pas dire non plus que sa connaissance des dossiers de cette charmante station balnéaire saute aux yeux. Mme Baroli a même fait rire à ses dépens lors de son interview télévisée sur France 3, voir ICI.

Une chose est sûre: elle s'inscrit dans la continuité par rapport à l'action du maire sortant... Dommage qu'elle ne sache répondre à aucune question précise sur le programme qu'elle compte mettre en oeuvre.

Pas grave, puisque le maire sortant n'est autre que son mari, invalidé pour cause de dépassement dans ses dépenses électorales. Madame Bartoli n'aura donc pas à exercer longtemps ce mandat, Monsieur étant rééligible en mai.

On peut en rire ou en pleurer. Parler de clientélisme ou de médiocratie.

Moi, je veux y voir, primo, un bel exemple de fidélité dans le couple corse de type hétérosexuel; deuxio, un encouragement pour toutes les incompétences.

Non, il n'est plus nécessaire, en 2014, de savoir de quoi l'on parle pour s'exprimer. Oui, on peut avoir un avis sur tout et pas d'avis sur rien. C'en est bien fini de la dictature des experts. Le mot intello est d'ailleurs aujourd'hui la pire insulte qui soit dans les cours de récré, ce qui nous promet de beaux développements.

Alors, au nom de tous les petits, de tous les humbles; au nom de tous ceux qui ont du mal à exprimer ce qu'ils ne savent pas, et même le reste; au nom de tous ceux qui rament, au nom de tous ceux qui trébuchent sur le seuil de leur incompétence; au nom de tous ceux qui n'ont pas toutes les frites dans le même cornet, je dis "Merci, Mme Bartoli!". Vous nous donnez là une belle leçon de courage et beaucoup d'espoir.

Tiens, demain, j'appelle François Hollande. Il paraît qu'il y a du remaniement dans l'air. Je prendrais bien le ministère du vin. Histoire de montrer toute l'étendue de mon incapacité.

10:17 Écrit par Hervé Lalau dans Corse, France | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.