12 février 2014

Irréductible 2012, de La Bégude

Je vous ai déjà parlé des Tari et de leur Domaine de la Bégude; et même de leur cuvée Irréductible.

Peut-être, cette fois-ci, que je devrais commencer par vous dire ce que ce vin... n'est pas.

Ce n'est ni un rosé facile, ni un rosé de piscine. Tant mieux, puisqu'on est en février!

Ce n'est pas un rosé clair. Tant pis pour la mode. D'ailleurs Nicolas Hulot l'a dit: il faut sauver le corail.

Ce n'est pas un Bandol AOC. Tant pis, puisque l'appellation n'en veut plus; ou l'inverse; ou les deux.

Ce n'est pas un rosé à boire vite. La plupart des producteurs commencent à faire goûter leurs 2013, mais les Tari m'envoient leur 2012.

IMG_3372.jpg

Irréductiblement coloré, corsé, savoureux... en bref, hors des modes

Et si on le dégustait?

Dès la première inspiration, une giclée de grenadine m'a explosé au nez, suivie de près par les épices, et une jolie note d'amandes fraîche. La bouche est concentrée, c'est du vin, pas de l'eau colorée. Les tannins sont bien marqués, sans être rêches. Rien de lourd ni d'alcooleux, mais de la structure. Retour des épices en finale (poivre noir), avec une pointe de truffe.

A l'aveugle, on croirait un rouge. C'est sans doute son côté mourvèdre. Et dire qu'avant le phylloxera, ce cépage était la base des rouges de Provence!

Et dire que le Français moyen, sous son bob Ricard, est persuadé que les rosés les plus pâles sont les meilleurs! Et même les sommeliers - qui ne sont pourtant pas des imbéciles, puisqu'ils sont sommeliers!

Qu'est-ce que je pourrais bien faire de plus, qu'est-ce que je pourrais écrire de mieux pour changer ça?

Il faut de tout pour faire un monde du vin, c'est sûr. Mais des gens qui se déterminent encore d'après la couleur, tout de même, en 2014... C'est pas beau.

00:14 Écrit par Hervé Lalau dans France, Provence | Tags : tari, bégude, bandol, provence | Lien permanent | Commentaires (0) | | | |

Les commentaires sont fermés.