15 janvier 2014

Réduire le nombre de régions en France - et les AOC aussi?

5 ans après le rapport Balladur, 63 ans après la création des "régions programmes" (par le gouvernement de Vichy) et 225 ans près le premier projet de régionalisation de la Constituante, voici que l'on reparle de la simplification administrative, et notamment de la réduction du nombre de régions en France.

Un député PS cite l'objectif de 15 régions au lieu de 22 pour la Métropole.

CarteComiteConstitution1789.jpg

Premier projet de découpage de la France en régions (1789)

Ce tour de passe-passe serait obtenu par la fusion de plusieurs régions: Alsace et Lorraine, Centre et Pays de la Loire (sauf Vendée et Loire Atlantique) Bourgogne et Franche Comté, Haute et Basse Normandie (dont on n'a jamais trop compris pourquoi elles étaient deux), Aquitaine et Poitou-Charentes (plus Vendée), Auvergne et Limousin. Mais aussi par le démantèlement de la Picardie (l'Oise allant à l'Ile de France, la Somme et L'Aisne au Nord Pas de Calais).

Et par l'élargissement de la Bretagne à la Loire Atlantique. La capitale bretonne restant à Rennes... ou pas.

Le projet soulèvera sans doute encore bien des oppositions politiques (quid des présidents de régions et de leurs cabinets?) et laisse quelques incongruités. La forme de la nouvelle région Nord, de Dunkerque à Condé en Brie, serait passement tarabiscotée. Surtout, Languedoc-Roussillon (même éventuellement augmenté de l'Aveyron) et  Champagne Ardennes deviendraient de petites régions face aux nouveaux ensemble. D'aucuns proposent alors de créer une région Grand Est, agglomérant Champagne-Ardennes, Lorraine et Alsace. Et de fusionner Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon.

624px-France-Regions_et_blasons.svg.png

Les régions actuelles

Reste à choisir le chef-lieu de chaque nouvel ensemble: Metz, Reims ou Strasbourg? Montpellier ou Toulouse? Bonjour la prise de tête!

Et qui a dit que les limites des départements étaient intangibles? Le Tarn & Garonne n'existait pas à la création des département; les limites de la Meurthe et Moselle sont un héritage de la guerre de 1870, le Var a été raboté lors de la réunion de Nice à la France (au point que le fleuve Var ne coule plus dans le département). Moi qui suis d'une famille de l'Oise, je verrais bien le Sud du département, la partie "française", revenir à l'ile de France (qu'elle n'aurait jamais dû quitter), et la partie nord, le plateau picard, rejoindre la Somme...

On peut bien sûr privilégier d'autres pistes: s'en tenir aux Zones d'action de la Datar (créer des sortes de collectivités de collectivités).

France_ZEAT.png

La France des zones de la DATAR

Ou partir dans tout à faire autre chose: créer une région Bretagne-Corse-Alsace (pour que leurs régionalistes règlent leurs problèmes de langues entre eux). Ou encore, Paris-Lyon-Marseille (pour les fans du TGV). Qui a dit qu'un région devait avoir une continuité de territoire?

Pour rapprocher l'administration du citoyen, on pourrait aussi céder la Dordogne aux Anglais (en contrepartie du Quartier français de Londres); les Ardennes à la Belgique (en échange de la commune de Waterloo).

On peut aussi continuer à en causer et ne rien faire.

Mais si je vous en parle, c'est surtout que je me dis que cette réorganisation pourrait préluder à une simplification bien plus importante, et plus radicale: la diminution du nombre d'AOC de vins. Ce nombre serait ramené à 200, dans un premier temps. Par la transformation des AOC régionales (Bordeaux, Bourgogne, Alsace...) en IGP régionales, notamment.

C'est pour rire, bien sûr. En France, on préfère empiler.

PS. En ce qui concerne les "métropoles", la fusion projetée des départements de la petite couronne avec Paris me fait l'effet d'un retour vers le futur: jusqu'en 1964, ils ne formaient qu'un seul département, la Seine. Je le sais, j'y suis né!

14:05 Écrit par Hervé Lalau dans France, Grande-Bretagne, Pour rire | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Commentaires

Jean-Marc Ayrault ne veut pas du passage de la Loire Atlantique à la Bretagne. Peur que Nantes perde son rôle de métropole régionale au profit de Rennes?
Par contre, M. Bartolone veut bien qu'on démantèle les départements de la petite couronne. Trois conseils généraux en moins. Un socialiste, un communiste, un UMP. Si on les intègre à Paris, quel sera le résultat en termes d'étiquettes, de budgets?
Cette réforme n'est pas près de passer si chaque changement est synonyme de modifications dans la répartition des forces politiques.
A croire que la simplification, c'est compliqué.

Écrit par : Hervé LALAU | 16 janvier 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.