10 janvier 2014

Logique paysanne

Longtemps, la viticulture n'a été qu'une des composantes d'une polyculture tournée sur la subsistance, et dont les surplus permettaient d'acheter les marchandises qu'on ne pouvait pas produire.

Jusqu'au 19ème siècle et l'essor des transports ferrés, rares étaient les régions qui ne vivaient que de la vigne.

On trouve toujours la trace, dans le paysage, de cette polyculture qui, comme nous le rappelle l'ami Georges Truc, était une forme de sagesse paysanne.

En témoigne cette photo prise dans la région de Die.

Forêt, vigne, champ, arboriculture... tout y est.

DIOIS IMG_3880_1.JPG

Photo G. Truc

00:03 Écrit par Hervé Lalau dans France, Histoire | Tags : polyculture, vin, die, diois | Lien permanent | Commentaires (1) | | | |

Commentaires

A ceci près que toutes les cultures sont devenues plus spécialisées, techniques – est-ce un bien ? – et qu’il faut à présent des compétences qui nécessitent plus d’un cerveau à chaque fois (surtout en France où ces organes ne pèsent généralement pas lourd, hihi provoc !). Or, il est rare qu’une exploitation arrive à faire vivre plusieurs générations, comme jadis. On voit à nouveau éclore cette approche : vigne + olivier + oenotourisme. J’aimerais bien mais cela fait trop d’heures de travail pour un seul homme et puis le côté « boniche » de la chambre d’hôtes, ce n’est pas mon truc. J’y réside souvent quand je voyage et fais de mon mieux pour éviter cet aspect aux proprios, mais quand je vois comment certains touristes se comportent ...
NB : à tout prendre, je préfèrerais néanmoins être boniche que Gollnisch !

Écrit par : Luc Charlier | 10 janvier 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.