28 décembre 2013

Mort d'un fils de viticulteurs

Journaliste et écrivain devenu secrétaire d'Etat puis PDG de l'ORTF, Arthur Conte, qui vient de disparaître à l'âge de 93 ans,  était fils de petits viticulteurs de Salses-Le-Château.

Exemple de réussite par l'éducation et le travail (à une époque où on ne parlait pas encore d'ascenseur social), il laisse une foule de livres, dont le moindre n'est pas "Les Paysans de France: de l'An 1000 à aujourd'hui".

Journaliste à l'Indépendant, au Figaro et aux Nouvelles Littéraires, il fut aussi le producteur de la série Histoires de France, sur FR3.

Son bel accent rocailleux ne laissait de doute à personne sur ses attaches roussillonnaises.

Arthur Conte a été maire de Salses de 1947 à 1972.

00:00 Écrit par Hervé Lalau dans France, Roussillon | Tags : arthur conte, roussillon, salses | Lien permanent | Commentaires (5) | | | |

Commentaires

1. J’ai entendu une interview de lui où il précise même que son père était ouvrier agricole, car « viticulteur » embrasse toute une série de situations.
2. L’accent rocailleux me plaît moins. A ce stade-là, je crois que c’est une posture (comme Jane Birkin). On ne perd jamais une pointe d’accent – j’en suis un parfait exemple – mais on arrive à la domestiquer ... si on le souhaite.
3. Il fut une girouette politique (SFIO à UDR !!!) et c’est sous de Gaulle qu’il fut brièvement ministre.
C’est certes une grande figure, mais les gens ne deviennent pas des saints dès lors qu’ils ont passé l’arme à gauche.

Écrit par : Luc Charlier | 28 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Moi j'aimais bien quand il parlait d'histoire.
Mais pour l'anecdote il fut secrétaire brièvement d'Etat (à l'industrie et au commerce) en 1957, dans un gouvernement radical socialiste-SFIO, pas sous De Gaulle.

Écrit par : Hervé LALAU | 28 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Merci de ta précision. J'avoue que la chronologie exacte de la présence au pouvoir du grand Charles ne m'a jamais passionné. Je le voyais - presque -constamment aux manettes jusqu'en '68. Cela n'a pas changé la face du monde.

Écrit par : Luc Charlier | 28 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Moi j'ai des points de repère - 1958, date de la constitution du même nom, arrivée de De Gaulle, dernier président du Conseil de la 4ème république puis premier président de la 5ème; 1962, date de l'indépendance de l'Algérie, de ma naissance (les accords d'Evian ont été ratifiés par référendum le jour de ma naissance) et révision de la constitution prévoyant l'élection directe du président de la République.
Et puis 1969, année érotique et départ du Général après l'échec de son référendum sur la réforme du Sénat.

Écrit par : Hervé LALAU | 28 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Repères

1955 : Bill Haley, Buddy Holly, Eddie Cochran, Chuck Berry, Bo Diddley ...
1958: Elvis au service militaire en RFA et naissance de mon frère
1962 : Grammy awards pour Ella Fitzgerald, “Epitaph” de Charles Mingus, “The Bridge” de Sonny Rollins, “Go” de Dexter Gordon .... et naissance de Michel Petrucciani
1969 : j’ai 13 ans et ... les draps s’en souviennent, parfois !

Écrit par : Luc Charlier | 28 décembre 2013

Les commentaires sont fermés.