20 décembre 2013

Le Génépi est aussi italien!

Des liquoristes des départements alpins (Savoie, Haute-Savoie, Isère, Hautes-Alpes, Alpes de Haute Provence et Alpes Maritimes) ont créé une association de défense en vue d'obtenir une indication géographique (IG) pour le génépi des Alpes.

"Outre le critère géographique, la présence de la plante de génépi en zone de montagne ainsi que l'historique des sites de production placés près des lieux de cueillette sont pris en compte", dit l'association.

Juste une petite question. Pourquoi ne pas prendre en compte le génépi (ou génépy) de la Vallée d'Aoste? Il est pourtant tout aussi alpin que ses voisins français, et sa production toute aussi ancienne. A quoi rime une Indication Géographique Européenne, si elle exclue un pays d'Europe?

Génépy.jpeg

Le Genépy Ottoz, Made in Val d'Aoste

Quand donc les producteurs de L'Union feront-ils sauter leurs frontières... mentales?

J'espère que les autorités européennes donneront aux Valdôtains les mêmes droits qu'aux Français. Après tout, il y a bien des Crémants du Luxembourg...

PS. Et quid du Génépi valaisan? Lui n'est pas européen au sens communautaire, mais il est bel et bien alpin.

 

19:40 Écrit par Hervé Lalau dans France, Italie | Lien permanent | Commentaires (4) | | | |

Commentaires

Bien vu, Hervé

Dans les Pyrénées, une liqueur au goût semblable (les puristes insisteront sur le fait qu'il n'est pas identique) doit ses arômes à une variété d'angélique sauvage: le couscouille. Je te jure que c'est vrai !
Quant à moi, Génépi, Izarra, Bénédictine, Chartreuse ... je trouve tous ces breuvages très savoureux mais à vrai dire fort voisins entre eux.
Et voilà, encore des dizaines d'ennemis en plus, tous les fanatiques de la boisson du cru, ces "imbéciles heureux qui sont nés quelque part".

Écrit par : Luc Charlier | 20 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Avant d'écrire n'importe quoi, renseignez vous!

Écrit par : J F M | 16 janvier 2014

Répondre à ce commentaire

Avant de faire un commentaire, identifiez-vous et soyez un peu plus explicite!
Je veux bien débattre mais en sachant avec qui et de quoi exactement.

Écrit par : Hervé Lalau | 16 janvier 2014

Répondre à ce commentaire

@JFM : Qui écrit n’importe quoi ?
Il me semble qu’Hervé pose en termes calmes une question intéressante et ouvre un débat.
Moi, j’ai devant moi une bouteille achetée « sur zone » à Tullins, chez un caviste de qualité qui a pris le temps de me conseiller sur une mondeuse, un Bergeron et un génépi. Il en avait plusieurs. Celui-ci est – cela va te plaire Hervé – un Génépi du Habert fabriqué par les pères charteux et expédié au départ de Voiron. J’aime beaucoup cela mais – on m’accorde généralement quelques talents de dégustateur – le range dans la même catégorie que les autres liqueurs que j’ai citées. En outre, l’excellent chef du restaurant « Le Rochetoirin » m’a fait goûter récemment une très vieille Chartreuse jaune et cette expérience m’a conforté dans ma préférence pour celle-là. Un expert pourra me disputer sur le sujet. Qu’attendez-vous pour nous renseigner ? Si vous êtes un producteur ou un « publicitaire », c’est un peu votre métier d’informer les gens, comme Hervé le fait. Si vous n’êtes qu’un partisan emporté ... passez votre chemin.

Écrit par : Luc Charlier | 16 janvier 2014

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.