19 décembre 2013

Deux pesticides potentiellement dangereux pour l'homme, prévient l'EFSA

L'Autorité européenne de sécurité des aliments (EFSA) juge que deux insecticides néonicotinoïdes – l'acétamipride et l'imidaclopride – peuvent avoir une incidence sur le développement du système nerveux humain.

Les experts de l'Autorité proposent que certains niveaux recommandés d'exposition acceptable à ces deux néonicotinoïdes soient abaissés pendant que des recherches complémentaires sont menées pour fournir des données plus fiables sur la neurotoxicité développementale (NTD). Le groupe scientifique de l'EFSA sur les produits phytopharmaceutiques et leurs résidus (groupe PPR) demande que des critères soient définis au niveau de l'UE pour rendre obligatoire la soumission d'études NTD dans le processus d'autorisation des pesticides. Cela pourrait inclure l'élaboration d'une stratégie d'essai complète pour évaluer le potentiel de neurotoxicité développementale des substances, y compris tous les néonicotinoïdes.

Pour rappel, l'acétamipride est un insecticide systémique emploté contre les insectes suceurs dans les cultures de végétaux feuillus, et notamment dans la vigne. Des produits comme l'Assaill (Dupont), le Pristine (BAST) ou  le Chipco (Bayer). On le trouve aussi dans des produits destinés aux élevages de bétail, comme le Lexan,

L'imidaclopride, lui, est surtout employé sur les cultures céréalières. C'est la matière active du fameux Gaucho de Bayer (mis en cause par les apiculteurs) mais aussi du Coboy 350, du Provado, du Confidor.

Amis viticulteurs "conventionnels", vérifiez les étiquettes de vos bidons!

12:24 Écrit par Hervé Lalau dans Europe | Lien permanent | Commentaires (2) | | | |

Commentaires

Attention, le particulier devrait également vérifier qu'il ne possède pas de Rosaclear ou Polysect, deux produits très répandus en grande surface qui contiennent de l'acetamipride.

Autres usages :
http://e-phy.agriculture.gouv.fr/mata/9806.htm

Écrit par : bert126 | 20 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Très juste.

Écrit par : Hervé LALAU | 20 décembre 2013

Répondre à ce commentaire

Les commentaires sont fermés.